Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Enfant embrassée de force par un prêtre

Pendant la retraite de préparation de la communion solennelle, le prêtre m’a attirée dans un endroit éloigné, et m’a embrassé de force sur la bouche, ses mains sur mes seins. J’avais 12 ans. Il m’a dit de ne pas en parler. J’avais honte, je ne comprenais pas, je n’ai rien dit. J’étais scolarisée au collège Jeanne d’Arc à Orléans dans le Loiret.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

1
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
falab Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
falab
Invité
falab

J’ai failli vivre la même chose à ma retraite de 1ere communion (9 ans)!
Mais j’avais déjà été abusée par un autre, alors je l’ai vu venir !
Par réflex, je lui ai envoyé ma main dans la figure. il a eu le toupet de me menacer d’en parler à la directrice. Elle ne voyait que par l’aumônier, ce cher père LA M. ! C’est le cas de le dire, elle lui donnait le bon dieu sans confession ! Il se permettait même de fumer la pipe dans les couloirs de l’établissement !
Bien que j’étais une crevette pour mon âge, je me suis campée bien face à lui, les yeux dans les yeux : « c’est ça ! allons la voir ensemble, Melle P. et je lui expliquerai pourquoi j’ai osé un geste pareil contre vous, l’autorité ! Et ça va aussi beaucoup intéresser mes parents ! »
Le regard fuyant, il a bredouillé un « je te pardonne au nom du Père et blablabla (avec le signe de croix !), va rejoindre tes camarades »
J’ai joué la brave, mais je n’en menai pas large ! Je n’ai jamais osé en parler à mes parents ni à personne ! Nous avions un accord tacite de n’en parler ni l’un ni l’autre et ça m’arrangeait bien.
J’ai été ultra soulagée de voir que la retraite de communion solennelle était encadrée par un jeune diacre tout nouveau tout beau.
Là, c’est lui qui a eu à subir les avances appuyées de certaines filles du collège (je ne me rappelle que de 3 d’entre elles), sous prétexte qu’il était beau (ce qui était vrai). Elles disaient vouloir lui « rendre service » en testant ses vœux de chasteté ! Elles se croyaient supérieures ! Des filles de « bonne famille ». Il a vite compris que nous ne mangions pas toutes de ce pain-là. Il s’arrangeait pour ne pas rester seul en compagnie des charmeuses. Ses regards montraient quelquefois de la détresse. Un jour qu’elles avaient eu des propos plus qu’appuyés pendant une séance de catéchisme, je me suis débrouillée pour faire un commentaire à une camarade, à proximité de la directrice qui surveillait la cours de récréation du type : « certaines filles auraient besoin d’être calmées ! Leurs hormones ne justifient pas tout ce qu’elles font subir au frère R. ! »
La directrice a très certainement fait ce qu’il fallait, parce qu’elles l’ont laissé tranquille, après.

Merci de remplir les champs obligatoires.