Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Enfance brisée, jeune femme devenue forte.

Bonjour à tous et à toutes… après voir lu pendant près d’une heure, des témoignages bouleversants, des commentaires de soutien, je me décide à raconter mon histoire moi aussi, en quête de soutien, d’amour, d’empathie, de bienveillance.
Ce texte est long, j’ai vécu des années difficiles, merci à celles et ceux qui auront le courage de me lire en entier.

Tout a commencé lorsque j’étais enfant, très jeune, mon père battait ma mère et a faillit la tuer une fois, en l’étranglant jusqu’à évanouissement.
Il la battait régulièrement lorsqu’elle le “contrariait”.
Toujours devant mes yeux. Il ne m’a jamais touchée heureusement..
Ces souvenirs, je les doit à ma mère et mon père, qui m’ont tout raconté lorsque j’avais 11 ans.
Lorsque j’allais chez lui le weekend, il ne faisait que cracher sur elle, dire qu’elle était mauvaise mère etc. Je rentrais chez moi confuse et racontais tout à ma mère, qui un jour a craqué et m’a tout raconté.
La justification de mon père face à ces accusations : “elle me cherchait, elle me mettait en colère, ta mère est une conn**”
Bien.
Apparemment j’étais en état de traumatisme total à la crèche, j’étais pâle, je faisais mes besoins sur moi, je courais partout…. l’école a appelé ma mère au bout de la énième crise pour demander ce qu’il se passe à la maison. Ma mère a eu un électrochoc et a quitté mon père.

Après leur séparation, ma mère a connu plusieurs hommes.
Certains avaient tendance à être TRES bizarres avec moi.
Je me rappellerais toujours de cet homme, ancien militaire, retraité, qui lorsque ma mère quittait la maison pour aller travailler, se mettait torse nu et en caleçon et venait toujours s’asseoir à côté de moi.
J’avais 9 ans, j’étais innocente, mais je me rendais compte que ce comportement me dérangeait. Je changeais de pièce, et il me suivait partout. Dieu merci il n’a jamais rien tenté.
J’ai été tellement exécrable avec lui, je voulais le voir PARTIR ! J’étais méchante avec lui, devant elle, qu’il a fini par la quitter. Elle m’en a énormément voulu et me l’a longuement reproché.

Ma mère a ensuite été en ménage avec un homme pendant 4 ans, un instituteur, qui vivait avec nous.
Ce dernier me battait lorsque ma mère était absente, il me tirait les cheveux, me mettait des fessées humiliantes sans raisons.
Lorsque je le racontais à ma mère, j’avais droit à des “tu l’as sûrement mérité, tu es une enfant turbulente” 🙁
Ils ont fini par se séparer car il voulait aller déménager dans le Sud et ma mère ne voulait pas.

Ma mère a fait une tentative de suicide quand j’avais 14 ans.
Lorsque je suis allée la voir à l’hôpital, elle m’a dit “tout est de ta faute, tu es la pire enfant au monde, tu aurais du te suicider à ma place”
Ce sont des mots que je n’oublierai jamais je pense.

J’ai ensuite eu mon premier copain à 15 ans.
C’était le rebelle du collège, souvent absent, en retard, qi fumait des joins, était “cool” et en mode “bad boy” j’étais fière de sortir avec lui, j’étais devenue quelqu’un.
Il me reprochait souvent ma timidité, car j’étais extrêmement timide, et ne parlais pas énormément.
Un matin, il m’a fait aller chez lui, il était 9h30.
Il m’a fait boire du whisky/coca dans une bouteille de Powerade (donc on ne peut faire autrement que boire vite) et j’ai fini par me retrouver dans un état second, j’étais allongée amorphe, la tête qui tourne, et il m’a déshabillée et m’a pris ma virginité, sans que je me rende compte de ce qu’il se passait. Je suis retournée chez moi vers 12h, j’étais redescendue, je me repassais le moment dans la tête en boucle, en me disant “je viens de faire l’amour ?” J’étais confuse… c’était mon copain, j’aurais du trouver ça normal ? il m’a ensuite quittée/trompée avec ma meilleure amie.

Pendant ce temps, mon oncle, le mari de la sœur de ma mère, m’a déclaré sa flamme (il avait 47 ans à cette époque) et il attendait que tout le monde soit éloigné ou ait le dos tourné pour me dire qu’il se masturbait en pensant à moi et qu’il me trouvait super belle et qu’il faudrait que je vienne dormir chez eux un soir, qu’il y aurait de l’alcool…. il me montrait des photos de son pénis, il me regardait avec sa tête de gros pervers, DE GROS PORC.
Dieu merci, je ne suis jamais allée dormir chez eux.
Je n’en ai jamais parlé à ma mère car nos relations étaient bien trop compliquées, elle m’aurait traitée de menteuse.

Pendant 2 ans, je n’ai plus voulu qu’un homme m’approche.

Pendant ce temps, chez moi, je subissais les assaults psychologiques d’une femme bipolaire, colérique, qui me battait régulièrement.
Et ce depuis ma petite enfance.
Reproduisait-elle les violences subies par mon père ?
Est-ce que le fait que “j’ai le visage de mon père” la rendait malade ?
Tous les jours, je me maudissais d’être vivante, de respirer, de lui faire du mal ? je voulais mourir chaque seconde qui passait, je me scarifiais, je buvais, je fumais, je suis devenue anorexique, je m’habillais en noir et je ne souriais plus.

J’ai subis des agressions sexuelles de la part d’une gynéco à 17 ans.
Lors de la 1ère consultation, elle ne faisait que regarder mon décolleté, cela me rendait atrocement gênée.
Elle a ensuite procédé à la l’auscultation.
Pour ce faire, elle a pris la grosse sonde vaginale, a mis un préservatif autours, et me l’a rentrée à sec. Provoquant une terrible douleur, une vague de chaleur, j’étais stressée, elle tournait la sonde à l’intérieur de moi, m’expliquant “qu’il fallait voir si les ovaires sont bien là, en bonne santé” à la fin, je suis sortie bouleversée, j’en ai parlé à ma mère, qui m’a traitée de chochotte “c’est un médecin elle sait ce qu’elle fait”
Je l’ai revue 2 semaines plus tard, elle avait demandé des rdv rapprochés car étant anorexique, “je devais être surveillée”
Rebelote. Sonde, préservatif, pénétration à sec.
Cette fois ci, des étoiles dansent devant mes yeux, les larmes montent, la gynéco me dit de me calmer et de ne pas bouger.
J’en ressors encore plus terrifiée que la première fois.
Vient un TROISIEME rdv (oui oui.) le mois d’après, elle recommence son manège, ses rotations dans mon vagin.
En sortant, je dis à ma mère que je n’irais plus jamais mettre les pieds chez elle, ma mère ne comprend pas (ma mère n’est pas française et n’a pas grandit en France du coup les règles dans ce pays…) mais accepte.
Je vais voir mon médecin généraliste, qui me connait depuis ma naissance. Il s’énerve et me dit que ce n’est pas normal !
Je tais malgré tout l’affaire et je passe à autre chose.
J’étais jeune, j’étais faible, j’étais anorexique, dépressive, malheureuse.

A 20 ans j’ai été voir mon grand frère qui habitait loin de nous.
Un soir, il travaillait, et j’étais sortie avec des amis à lui (mon frère est plus âgé) qui m’ont fait énormément boire. On était sur un site de vacances, et je passe devant un resto où j’aperçois des gens que je connais, qui m’appellent, les personnes avec qui j’étais étaient pas loin devant. Je rentre dans le resto , je bois encore avec eux (ils étaient 3).
Les mélanges d’alcool quand on a pas l’habitude de boire, c’est mauvais. Mais je soupçonne que l’on m’ait droguée également.
Car je me souviens être soudainement devenue tendue, amorphe, consciente mais plus dans la mesure de bouger mon corps, comme si j’étais paralysée.
Un des trois hommes est sorti et les deux autres ont profité de moi.
Puis l’un des deux m’a gentiment raccompagnée à ma chambre, où mon frère dormait.
Je n’ai rien dit. Le lendemain, j’ai croisé celui qui m’avait raccompagnée et je me suis sentie tellement mal. Il me souriait, me disait que ça avait été fun, qu’il voulait me revoir.
J’ai dis oui oui, mais j’ai tout fait pour l’esquiver jusqu’à ce que je reparte chez moi, chez ma mère.

J’ai ensuite eu des relations catastrophiques, avec des goujats, des égoïstes, et petit à petit, un caractère s’est formé.
Je suis aujourd’hui une jeune femme en couple, épanouie, les rapports avec ma mère se sont arrangés, je l’aime énormément et je lui pardonne pour tout ce que j’ai subis.
J’ai pu me sortir de l’anorexie et aujourd’hui je suis une femme équilibrée, forte, peut être trop même, j’ai un dur caractère, j’ai tendance à être méchante dans mes paroles parfois, mais je me remets toujours en question.

J’ai le cœur qui bats à folle allure, les larmes me montent mais je me retiens, cette vie, cette existence, sont dures, on subit des choses immorales, injustes, on se sent salies, seules, désespérées.
Mais heureusement qu’on peut trouver du soutien, une écoute.
Je me suis livrée aujourd’hui, je ne le fais jamais d’habitude, car je pense qu’il faut se soutenir, s’écouter face à ces gros POCS qui nous entourent et agissent sans conséquence.

Merci de m’avoir lue, si vous l’avez fait.
Et excellente journée.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
14 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
5 mois plus tôt

Chère anonyme, je vous remercie au nom de tous les habitués du site qui répondent aux victimes pour votre courageux témoignage. Il est clair que vous avez grandi dans la maltraitance et que cela vous a bien évidemment profondément affecté votre psychisme, par conséquent, la construction de votre personne donc votre expérience humaine. Il ressort que votre père violentait votre mère, et que celle-ci vous maltraitait à son tour en vous dévalorisant constamment. Cela vous a conduit dans un état de détresse psychique extrême étant donné que vous avez manifesté un trouble alimentaire grave, cela assorti d’automutilation. Ce sont des manifestations d’une très grande souffrance psychique. Votre grande malchance est aussi que votre mère étant bipolaire, on parle aussi de trouble maniacodépressif s’entourait d’hommes malsains, qui dépassaient les limites ce qui vous a forcément grandement perturbée dans votre rapport à l’intime, à l’autre sexe, en raison de l’intrusion de la sexualité adulte dans votre psychisme d’adolescente, ce qui vous conduira comme souvent à prendre ces risques. On peut dire que votre oncle et les porcs dont s’entourait votre mère vous ont bien enfoncée. Le pire c’est que vous êtes tombée sur d’autres porcs qui vous utilisée comme le font tous les porcs violeurs, ils vous ont avilie dans votre humanité de jeune femme en devenir. Par la suite, les mêmes prises de risques et les mêmes configurations: neutraliser votre conscience pour anéantir votre libre arbitre afin de vous utiliser tel objet que l’on jette, j’ai un terme pour désigner que je ne vais pas employer par décence pour vous. Le passage où vous exposer un sentiment de paralysie consciente est la marque typique d’un produit type GBL / GHB. Ce qui est étonnant c’est que ces produits ont un effet amnésique. C’est cependant la technique bien rodée des violeurs professionnels en meutes. Vous avez par la suite connu toutes sortes d’ordures et de connards de cette même fange mais vous avez réussi à faire face et tordre le cou à cette funeste malédiction. C’est une belle leçon pour tous mais cela a dû être bien difficile. Il est heureux que vous ayez fini par trouver l’amour et le soutien dont vous aviez besoin. J’ignore si vous êtes suivie ou si vous avez suivi une thérapie, mais dans le cas où cela vous intéresse nous pouvons vous indiquer des pistes pour trouver un thérapeute. Vous avez été ébranlée par l’épreuve d’écrire votre témoignage, en plus vous ne vous livrez pas facilement ce qui est souvent le cas des victimes de violences sexuelles et familiales, il est possible que cela vous aide grandement par la suite justement. Il y a tant à discuter ce qui fait que votre courageux récit est particulièrement éclairant.
Sachez que vous serez toujours lue avec bienveillance ici, n’hésitez pas à revenir, ou nous demander quoi que ce soit.
De tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Lollipop
Lollipop
5 mois plus tôt

Bravo a toi! ton histoire est bouleversante!

Merci de remplir les champs obligatoires.



Auteur du post
Auteur du post
5 mois plus tôt

Merci psionic, merci pour votre belle réponse.

Je n’ai en effet pas eu d’amnésie (je ne me souviens pas de tout non plus) suite à l’incident dans le resto..
Mais, je ne pouvais plus bouger, j’étais comme une poupée de chiffon, engourdie par l’alcool.. enfin.

J’ai été suivie par 3 psy durant mon enfance/adolescence mais rien n’y faisait, je ne parlais jamais, je le refusais.
Je me suis reconstruite moi même, seule, sans soutien et sans appui, et aujourd’hui je livre ce récit, qui est loin derrière moi, mais qui fera toujours partie de ma personne.

Oui, on peut se relever des épreuves. Oui, on peut surmonter les traumatismes.
Oui, on peut retrouver le sourire un jour. Je tenais à communiquer ce message.
A toutes ces femmes qui subissent, qui ont subit, qui subiront des assaults physiques, psychiques.

Courage à toutes et à tous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
5 mois plus tôt

Chère auteure du post, je vous remercie chaleureusement pour votre réponse et votre remarque délicate. Votre réponse montre que votre parcours est encore plus stupéfiant que votre billet initial le laissait entendre. Le fait que vous refusiez de parler aux psys durant votre adolescence se comprend parfaitement. Par contre, la réussite de votre reconstruction par vous-même, sans aide extérieure, sans soutien d’un thérapeute est absolument exceptionnel et parfaitement étonnant compte tenu de la souffrance psychique dans laquelle vous étiez plongée et les risques que vous avez pris auprès de tous ces hommes toxiques que vous avez connus. Cela témoigne d’une force morale et de ressources psychiques surprenantes et exceptionnelles, mais en même temps cela montre les capacités exceptionnelles du psychisme humain. Je ne vais pas vous questionner mais j’imagine qu’un évènement ou une suite d’évènements ont provoqués en vous-même un sursaut qui vous a permis de sortir de tout cela.
Je vous remercie une fois de plus de votre témoignage très courageux, poignant et intéressant.
Tous mes voeux de bonheur pour cette nouvelle année.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anastasia
5 mois plus tôt

Merci pour ton témoignage oû tu nous livres une grande part de ton histoire, c’est très courageux. Je viens juste de m’inscrire sur le site, même si c’est anonyme, je suis personnellement pas tout à fait prête à écrire. Je le ferai une fois le moment venu. mais ton temoignage me donne du courage
Comment as-tu fais pour retrouver la force?
Tout mon soutien !

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
5 mois plus tôt

Chère Anastasia, prenez votre temps surtout, ne vous forcez pas. Quand vous estimerez le moment venu, vous témoignerez et nous viendront vous lire avec bienveillance, vous soutenir et vous conseiller si besoin.
Comme vous êtes nouvelle, je vous souhaite la bienvenue et surtout écoutez votre intériorité, car lire des témoignages déchirants peut nous troubler au fil de temps, même au bout de deux ans sur le site, je suis parfois obligé de faire des pauses pour revenir par la suite. Je vais refondre la liste des liens utiles aux victimes que je vais mettre à jour prochainement. N’hésitez pas à nous demander quoi que ce soit.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Auteur du post
Auteur du post
5 mois plus tôt

Chère psionic,

Merci encore, pour vos mots, pour votre bienveillance et votre empathie.

Oui, je refusais de m’exprimer étant petite, j’étais renfermée, muette, j’étais comme une éponge, j’absorbais la souffrance, notamment la mienne et celle de ma mère; sauf que je ne relâchais pas.

Je suis quelqu’un de très (trop) empathique, c’est vraiment un trait de caractère qui me suit depuis mon enfance et qui ne me quittera jamais, mais heureusement j’ai appris à maîtriser ces émotions..

Je dois admettre que je ne sais pas d’où m’est venue cette volonté, cette envie de me battre.

Vous pouvez me questionner sans soucis ! Je parle aujourd’hui de mon vécu sans que cela m’atteigne outre mesure car cela fait partie désormais, du passé ! Cela a construit ma personne, mais cela ne m’atteindra plus.

J’ai fait 6 mois de voyages lors de mon année de rattrapage de 1ère année de fac, ces voyages m’ont juste ouvert les yeux, m’ont fait grandir. Notamment le voyage dans le pays de mes racines ; le pays natal de ma maman.

Dois-je mentionner que je suis bouddhiste également, j’ai vécu une sorte de résurrection, j’avais deux choix qui s’offraient à moi lors de mon retour en France :

1- Continuer d’être malheureuse et dépérir

2- Choisir de m’en sortir

Je me suis inscrite au sport, j’ai porté un peu plus de couleurs dans mes vêtements, j’ai fait le tri des personnes autours de moi, j’ai surtout pu avoir la possibilité de ne plus vivre H24 avec ma mère.

Nos relations aujourd’hui, n’ont rien à voir avec celles des années de mon enfance.

Aujourd’hui, on se parle tous les jours, on pleure lorsqu’on se voit et qu’on doit se quitter.

Je vous remercie infiniment d’avoir pris le temps de me lire, et de m’écrire, ça me fait beaucoup de bien.

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année, santé, bonheur, réussite dans tout ce que vous entreprendrez 🙂

Merci de remplir les champs obligatoires.



Auteur du post
Auteur du post
5 mois plus tôt

Chère Anastasia,

Je t’en prie, merci de m’avoir lu surtout car j’ai livré un long récit de ma vie !

Moi aussi je viens juste de m’inscrire, et c’est après avoir lu tant de posts, avoir eu le cœur lourd, déchiré, que j’ai eu le courage de me livrer, car je suis enfin tombée sur une plateforme où on peut délivrer son cœur, parmi des personnes qui nous comprennent, qui sont empathiques, compréhensives, qui sont là pour nous parler, nous écouter, sans but malveillant derrière.

Tout mon soutien également, en espérant que tu trouveras la force de nous partager ton récit également.

Le message que je souhaitais délivrer est que peu importe ce que nous vivons, nous pouvons nous en sortir, il faut trouver la force mentale, les moyens, les issues. Cela est possible.

Excellente après-midi à toi, tout mon soutien également.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Zaragan
5 mois plus tôt

Bonsoir à tous,
Je soutiens Psionic qui a parfaitement raison et qui sait toujours trouver les bons mots (et que je salue et remercie au passage). Bienvenue à vous deux en tout cas! Anastasia prenez votre temps mais sachez qu’ici personne ne vous rabaissera ou ne vous prendra de haut donc n’ayez pas peur d’être jugée! C’est le but de ce site: écouter avec bienveillance, conseiller et rassurer toutes les victimes, qu’importe leur origine et leur sexe, sans jugement, ni moquerie. (De toute manière tout ceux qui essaye se font bannir! Ici, on ne tolère pas de violence, ni de haine! )Je vous félicite pour vous être manifesté, c’est déjà beaucoup croyez moi! En tout cas, je vous transmet tout mon soutien. Courage!

Merci à vous, l’auteur de ce témoignage émouvant, bouleversant et déchirant mais heureusement qui finit bien . Je n’ai pas vraiment grand chose d’important et d’intéressant à vous dire car d’autres ont déjà tout dit! Mais je me permet tout de même de vous adresser mes pensées. Vous avez beaucoup de force, c’est indéniable, aussi je vous félicite pour votre courage et votre détermination qui fait chaud au cœur. Je vous souhaite tout le bonheur du monde et une vie des plus paisibles! Vous avez raison, souriez , profitez de votre vie maintenant! L’empathie n’est pas une mauvaise chose, c’est même quelque chose qui fait de nous des humains. Je crois que toute les victimes sont empathiques. Ce n’est que lorsqu’on connait la souffrance qu’on peut la définir et la ressentir chez les autres. Surtout lorsqu’on l’a connu très jeune. C’est douloureux mais quelque part , on mûrit et on grandit même, une fois qu’on a réussit à gagner le combat. Mais peut-être ai-je tort.
Néanmoins, prenez garde quand vous dites n’êtes plus atteinte par votre passé. Les remontées traumatiques peuvent arriver, même 30 ans après, surtout avec cette violence inouï que vous avez vécu! Si vous ressentez à nouveau de la douleur psychique, consultez un thérapeute au plus vite. Parfois, les victimes se sentent mal alors même qu’elles n’ont pas relié la source du mal à leur agression. C’est le principe des traumatismes, ils peuvent revenir aussi violemment qu’au moment où on subissait les violences. Certaines choses marquent à jamais, comme des cicatrices, mais on peut les personnaliser. Et vous l’avez fait. Vous avez réussit à vaincre vos démons, à tenir debout et maintenant vous vous tenez fière. En tout cas, vous pouvez l’être! Vous avez réussit à puiser de la force dans la douleur. C’est incroyable comment une personne peut être à la fois fragile et extrêmement forte. J’appelle ça avoir la rage de vivre, une pulsion de vie. Et on est tous capable de trouver cette force en nous comme vous le dites. Encore bravo en tout cas. Vous êtes capable de beaucoup de choses, j’en suis certaine.
C’est vraiment réconfortant de lire des témoignages comme le votre. Certaines ne finissent pas comme vous malheureusement… on peut lire des victimes complètement dévastées même 40 ans après. Donc je vous remercie encore une fois pour m’avoir redonner espoir et pour tout ceux qui comme moi, ont de l’espoir en vous lisant. Même après avoir traverser l’enfer, on peut s’en sortir, être heureux , atteindre ses étoiles et réalisé tout ses rêves les plus chers. C’est une bien sage et jolie leçon que vous nous transmettait.
Vous avez raison, Balance Ton Porc est un endroit où on peut communiquer avec bienveillance et humanité et où chaque victime sera toujours accueillit à bras ouvert. Personnellement, c’est devenu mon îlot , ma petite bouée de sauvetage et aura toujours une place importante dans mon cœur et ma vie. Ce site m’a apporté et m’a appris plus de chose en quelques mois que ce que j’ai pu apprendre et avoir, durant toute ma vie. (je parle comme ci j’avais de l’expérience alors que je suis jeune et que j’ai encore beaucoup de chose à apprendre… ) Bref, tout ça pour dire que j’espère que chacun d’entre vous aura ce déclic, cette bulle ici ,qui lui apportera de l’apaisement , de l’enrichissement , du réconfort et beaucoup de bien !

A tout ceux qui me lise,
Je vous transmet tout mes vœux en espérant que vous avez tout l’amour, le soutien, le respect, la force et le courage que vous méritez tant. Et si vous n’êtes pas bien en ce moment, j’espère que vous irez mieux très bientôt.
Prenez soin de vous. N’abandonnez pas! Il y a toujours des solutions à un problème, aussi difficile soit-il. Je veux y croire en tout cas.
Je suis de tout coeur avec vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
5 mois plus tôt

Chère Auteure du post, je vous remercie de votre remarque délicate qui comme je le dis parfois aux victimes, vaut tous les honneurs du monde de mon point de vue. Vous me stupéfiez encore plus par ce que vous révélez. Ainsi, vous avez décidé par vous-même de changer radicalement votre vie malgré votre douleur psychique, les troubles alimentaires, la maltraitance, et cela sans thérapeute. C’est vraiment exceptionnel. Vous êtes une femme remarquable. Ce qui ressort c’est l’influence des troubles bipolaire de votre mère mais surtout votre capacité de remettre en question ce qui ne va pas dans votre vie, remarquable, félicitations une fois de plus ! Et par vous-même c’est extraordinaire. Un dernier point qu’il me faut dissiper, je dois préciser que je suis un homme, si cela vous irrite ou vous dérange faite m’en part et je m’effacerai. En attendant je vous félicite une fois de plus.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Auteure du post
Auteure du post
5 mois plus tôt

Chère Zaragan,

Merci de m’avoir lu, du début à la fin, je sais que mon récit était long, et j’ai vraiment fait court – c’est pour dire.

Merci pour vos encouragements, votre soutien J mille merci !

Je suis aujourd’hui, pleinement épanouie en effet, j’ai quelques travers de temps en temps, tendance à être colérique/méchante, un peu froide parfois.

Mais je me remets toujours en question (j’ai beaucoup lu Freud durant ma jeunesse)

Il est vrai qu’avoir connu la souffrance quasiment à ma naissance, m’a beaucoup affectée, je l’ai connue à tort et à travers..

Je pense qu’en effet les victimes développent une grosse empathie, selon leur vécu.

Je ne supporte pas l’injustice, la condition aberrante des femmes.

J’ai vu en effet que le choc traumatique peut revenir de plein fouet à n’importe quel moment dans sa vie, je suis prête, j’espère que je saurais comment gérer si cela arrive.

Je suis aujourd’hui dans une condition physique et psychique que je ne pensais jamais atteindre, je touche un bonheur que je ne pensais jamais connaitre.

Vous avez bien résumé la chose, je suis à la fois forte et fragile, j’ai ces deux opposés qui forment la personne que je suis aujourd’hui !

Je fais toujours attention à ma santé mentale et je dois admettre que cela me réussit bien.

J’ai vu, en effet, que certains (beaucoup) de témoignages finissent mal, voire TRES mal et ça me brise le cœur.

C’est pour cela que j’ai voulu partager mon histoire et pouvoir dire que parfois, on peut s’en sortir, très bien s’en sortir même !

Que c’est possible. Mais que cela ne viendra que de soi-même.

De son envie de se battre, de vivre.

Je ressens la même chose concernant ce site.

C’est ma bulle de réconfort, je peux parler à des personnes compréhensives, qui connaissent mon histoire, qui parfois l’ont vécue, et cela fait du bien de pouvoir échanger, se dire des belles choses, se remonter le moral.

Je souhaite à toutes les femmes victimes, toutes, d’avoir un déclic, de s’en sortir, d’être heureuses !

Merci pour vos vœux, je vous souhaite à vous , et à toutes les personnes du site, beaucoup de bonheur également.

Il faut y croire, vraiment.

Si on m’avait dit il y a 10 ans, qu’aujourd’hui je serais stable et épanouie, j’aurais rigolé.

A cette époque j’étais complètement tourmentée, je buvais je me droguais, j’ai eu des conquêtes d’un soir sans avoir envie…

Comme quoi. L’espoir existe, il faut s’y accrocher !!!

Merci de remplir les champs obligatoires.



Auteure du post
Auteure du post
5 mois plus tôt

Oups excusez-moi pour le « chère » alors !!!

Cher psionic, j’ai en effet eu un déclic qui m’est venu tout seul, sans aide extérieure, mon état d’esprit a changé du jour au lendemain.

Je lisais beaucoup sur la psychanalyse, la psychologie, je me suis en quelques sortes, psychanalysée moi-même !

Cela peut paraître surprenant mais vraiment, j’ai cherché au plus profond de moi les causes de ma souffrance, comment m’en sortir, que faire ?

Cela a mis du temps mais ça a marché.

Merci pour vos compliments, qui me vont droit au cœur !!

Le fait que vous soyez un homme, ne me dérange aucunement !

Je n’ai pas de raisons de ne plus vouloir m’adresser à vous juste parce que vous êtes un homme.

Merci énormément, pour votre soutien.

Ces beaux mots me font du bien et m’apaisent.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
5 mois plus tôt

Chère Auteure du post, je vous en prie, ne vous excusez pas, je serais même plutôt ravi de “chère” en ce qui me concerne. Je souhaitais avant tout dissiper tout malentendu avec vous.
Je vous remercie chaleureusement pour ces précisions importantes sur les circonstances de votre sortie de la maltraitance. Sachez que vous avez parfaitement raison de parler d’auto-analyse, car Freud lui-même s’est auto-analysé ce qui l’a conduit à sa fameuse méthode de psychanalyse et sa théorie de la structure du psychisme humain.
Lorsque vous écrivez déclic et changement radical je comprends élaboration psychique, un terme typique du vocabulaire psychanalytique. En clair votre investissement dans cette littérature et vos capacité d’élaboration vous ont permis dans une certaine mesure que vous seule pouvez qualifier, de trouver les ressources psychiques et morales pour vous sortir par vous-même de votre souffrance, ce qui est un tour de force tout à fait remarquable. C’est rarissime me semble-t-il mais ce que vous décrivez, ce déclic est typique de ce genre d’états exceptionnels. Je suppose que c’est pour vous un moment crucial de votre vie où vous avez ressenti avec une acuité tout aussi exceptionnelle ce que vous vouliez et comment vous alliez faire. Ce sont des instants dont on se souvient longtemps si ce n’est toujours ! En tous les cas ce que vous décrivez me paraît très clair et très remarquable, signe d’une capacité exceptionnelle d’élaboration sur soi. Je vous félicite une fois de plus. Vous avez fait là quelque chose de tout à fait remarquable qui est digne d’admiration.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Auteure du post
Auteure du post
5 mois plus tôt

Bonjour psionic,

Navrée encore, vous parlez avec tellement d’émotions et d’empathie que j’ai tout de suite conclue que vous êtes une femme – c’est trop hâtif je le vois !

Oui, je suis une grande lectrice des œuvres de Freud et je peux même dire qu’il m’a sauvé la vie !
Il m’a aidé à comprendre le psychisme émotionnel, le cheminement des pensées..

Je pense en effet que cela est rare (c’est même dommage)

Oui j’ai eu un déclic du jour au lendemain et tout a suivi.

Je me souviendrais probablement, toute ma vie, de ces moments.
C’est important de ne pas se forcer à les oublier car sinon je pense que cela ne créerait que des névroses ou des émotions non contrôlables.

Merci encore pour vos gentils mots, votre soutien, votre compréhension ! J

Excellente journée !

Merci de remplir les champs obligatoires.