Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Demarcheur

J avais quinze ans. J etais seule chez moi. Un representant demarcheur d un operateur telephonique est venu me presenter son offre commerciale. On a discuté, il semblait sympa, il etait mignon. On a echangé nos numero. Il est revenu le lendemain sachant que j etais egalement seule chez moi. On s est dragués, il m a massé le dos (par dessus mon pull) comme j avais l habitude avec mes amis, homme ou femme de mon groupe d ado. Je croyais lui plaire, demarrer une relation.Il m a retourné et m a violé. Je l ai supplié d arreter, lui ai proposer de fumer une cigarette. Il m a dit « d accord ou pas je suis venu pour ca ». J ai compris qu il n arreterai pas et je n arrivais pas a me degager. De plus javais peur qu il me tue si j arrivais a partir en courant ,en se rendant compte qu il risquait la prison. Je me suis deconnectée de moi meme je l ai laissé finir. Ensuite on l a finalement fumé cette cigarette. Je lui ai dit que je me sentais sale, degeulasse. Il est parti. Je suis allee chercher de l alcool j ai appelé mon meilleur ami de l epoque en pleurant. Le temps qu il arrive j ai bu et suis allée me doucher. Rien a faire je me sentais tellement ,mais tellement sale. Je me suis enlevée la peau au rasoir. Les jambes, les bras. Je m attaquais a l entre jambe qui me posait le plus gros probleme mais je n ai pas eu le courage d aller au bout. J entendais mon ami accueillir mon frere puis ma mere qui rentraient à la maison. Qd ma mere m a decouvert elle m a amene a l hopital ou j ai ete placée en soin intensif car ils ne savaient pas si j avais pris des medicaments. J ai parlé le lendemain au psychiatre de l etablissement qui, a la fin de mon discours exutoire m a dit: « les hommes sont faibles, le probleme a comprendre c est pourquoi vous etes aussi allumeuse. « Je suis sortie. Je n ai plus parlé pendant deux mois. J ai trouvé le courage d en parler a ma mere qui ne savait rien en lui faisant lire le recit que j avais ecrit de cette episode un soir où je n en pouvais plus. Plus tard j ai ete a la gendarmerie pour porter plainte. Le gendarme a ete tres gentil mais m a dit qu en absence de preuve (culotte tâchée de sperme, preuve de relation forcee constatee par un medecin) j allais juste subir des annees de procedures où la partie adverse tenterait de m humilier et que ca serait contre productif pour moi. Qu il fallait que j oublie et que j aille de l avant. Alors j ai abandonnee l idee. Et je pense avoir bien fait. Parce qu aussi triste que cela puisse sembler, ce qu il m a dit me semble justifié par tout ce que j ai appris du traitement des plaintes pour violences sexuelles depuis. Alors on fait des annees de therapie (à nos frais), on rase les murs, on ne sait plus quoi faire de nos vies,prendre sa (une place). On se sent coupable parce que c est tout ce qu il nous reste pour maitriser au moins qq chose alors que l acte en lui mm nous dit « tu n existes plus ». Poupee de chiffons, amas utilisé et bon à jeter. Le viol nous coupe la parole dans ce qu on avait a dire de nous meme pour construire notre vie,nous enleve notre confiance, notre avenir,nous deshabille de notre humanité. Le viol est un meurtre. Courage a toutes et tous qui l ont subi.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si