Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Tellement de fois par tellement de profils différents

Ça m’est arrivé tellement de fois, de tant de façons différentes, que j’ai fini par espérer de vieillir de toutes mes forces et me suis employer à ne pas leur donner le plaisir d’y repenser.
Au final ce qui marque le plus, ce n’est pas les agressions, c’est les réponses inappropriées et culpabilisantes de l’entourage.
Donc pour en revenir, il faut vraiment savoir ce qu’on vaut et on y arrive, avec surement quelques séquelles qui ressurgissent de temps en temps ou ont impacté durablement nos relations au point de ne plus en avoir, c’est mon cas; ma solution, ma stratégie de protection pour ne plus entendre : “bah tu t’attendais à quoi ?”, “avec moi il est super gentil”, “tu te fais des idées”, “y a bien qu’à toi que ça arrive “, “tu faisais quoi aussi à cet endroit à cette heure-ci”, “ça me parait gros”, “ça m’est jamais arrivé pourtant j’y vais souvent”…
Bref tout ceci m’a quand même été utile pour comprendre qu’il y a comme dans la nature des profils de proies, et ce ne sont pas les personnes habillées les plus sexy, mais bien souvent en ce qui me concerne une nana féminine et confiante que certains ont pris un malin plaisir à baisser les jauges…
Pêle-mêle, mon premier boss, il arrive peu de temps après moi, choisi par un DG que je connaissais de réputation, un malade mais passons. Je pense que leurs échanges ont permis de désinhiber la bête sommeillant dans ce patron, petit obèse moche et taré dont je fus peu à peu la secrétaire particulière avec nombreuses agressions et appels au secours de mes collègues qui le craignant, me rejetaient la faute “ah mais pourquoi tu fais tant d’histoire”, j’avais 18 ans. Cet homme m’empêchait de faire mon travail, en sachant que j’avais la pression de la direction pour finir à l’heure sinon mon contrat était remis en question. Tout bénef pour ce boss, qui au pire perdait une secrétaire sous contrat et en avait une autre. J’essayais de faire mon taf et il faisait tomber mon courrier, puis arrivait par derrière et dégrafait mon soutif en rigolant “je suis habile hein, c’est pas un jeune qui va si vite”, je lui disais d’arrêter sinon j’en parlais à mon compagnon, réponse “lol ton compagnon il va penser que c’est toi qui m’a allumé, il m’estime”, ce qui s’avéra vrai et le début d’un cauchemar entre orgueil, jalousie et violence au domicile après en avoir parlé. En attendant ce boss me serrait les bras, m’envoyait chercher des trucs aux archives et là me faisait tomber sur son sexe, puis me serrait, j’avais des bleus partout. J’en parle un soir à mon compagnon, qui me répond que j’ai du lui envoyer des feux verts, je dis que NON qu’il intervienne, lui parle de la police, il l’écoutera, lui qui avait tant de charisme avec moi, n’en a pas eu face à lui. Ils se serraient la main quand il venait me chercher le soir en souriant style “”ouais on est des hommes” et mon boss me faisait sortir de plus en plus tard, je craignais d’une force atomique la crise qui allait s’en suivre de mon compagnon. Je lui expliquait qu’il m’avait bloqué aux vestiaires ou aux toilettes, je m’en prenais plein la gueule. j’ai trouvé moyen de m’extirper de cet homme après avoir signé mon CDI et grande vitesse grand V avec pour deuil la protection illusoire de mon unique entourage alors, mon compagnon. J’avais un petit pouvoir avec mes interlocuteurs au téléphone dont un big boss qui m’adorait et qui essayait de savoir et je sais qu’il avait compris et donc tout s’est apaisé avec le gros. Il m’a quand même fait 2 coups indirects magistraux, un inventaire de 2 jours et nuits, ou il avait réservé un hôtel et s’est arrangé pour se trouver dehors de sa chambre à poil et essayer de rentrer dans la mienne toute la huit , malgré que je lui disais d’aller à l’accueil ou que j’allais les appeler, il insistait, personne n’a répondu à l’accueil. J’étais crevée, sommeil, j’en pouvais plus, il dormait jamais, il avait son objectif, qu’il assouvit cette nuit là, je tiens à dire petite bite bien évidemment, con mais con, au taquet, exalté, ce qui m’a permis de le faire passer pour un con et de le dire à sa femme qui ne m’aurait jamais cru sans précision sur son anatomie. Je raccourcis pardon, mais bref nuit d’horreur et second coup, il m’oblige à assister à une réunion tardive avec ses fournisseurs potes poivrots, mes collègues proches sont là et rentrent, je leur demande de me raccompagner à la gare et là le patron d’une des boites me propose de me raccompagner et mon patron dit que je vais être dans une belle voiture… Ils n’en finissent pas, pareille j’ai hyper sommeil et on y va.
Me voila avec de Mr G, dans sa grosse Volvo, on est sur l’autoroute, je n’ai pas de permis, il roule à fond, je suis terrifiée, je lui demande de se détendre, il me répond d’un air trop bizarre “c’est toi qui va me détendre”, et accélère encore et lâche le volant, je hurle, il rit, rit et me dit “tiens le volant sinon on va y rester” et je finis par tenir, me crisper sur le volant et là il place sa main entre mes cuisses, très agressif, je l’envoie chier et lâche le volant, plutôt crever littéralement, il reprend le volant et commence à me dire “tu t’attendais à quoi ? ” je dis “stop vous êtes un fournisseur, je ne vous connais pas, vous avez proposé de me ramener point”. Et là manque de pot punaise plein de déviation en campagne quand on s’approche de chez moi, et bon il m’a sauté dessus, je suis enfin rentré, lessivée, morte, vidée, ecoeurée d’autant plus que je savais que mon compagnon était toujours friand de prétextes pour me pourrir à part que quand je lui disais, il se retournait contre moi (et je tiens a dire que c’est ça le plus gros CHOC = découvrir que les mecs qui font chier les femmes sont des limaces des couilles molles entre eux).
Bref, il me demande ce qu’il m’est arrivé, je lui explique, il essaie quand même de me sauter of course, il veut ses miettes, bon ça on nous le fait à 18 ans, pas maintenant.
Je me sens moins que rien, mais par contre jamais j’ai perdu l’estime de moi, j’ai jamais fauté et avec ma très bonne notion du bien et du mal, j’ai compris que c’était eux à qui il manquait une case pas à moi.
Pour finir cet épisode, il y a tant d’autres, par cycles, par environnement, j’ai un rendez-vous annuel à la médecine du travail, une femme, de la cinquantaine, elle voit mes bleus et je lui dis qui les a fait et là véridique, elle me fait mettre à poil, ce que je fais pensant qu’elle veut vérifier si je suis blessée et là elle me passe la main entre les jambes en me pinçant les tétons pendant que son assistance une gouine rouquine regardait. J’ai cru tourner de l’œil, et là elle me dit “vous êtes stressée par le travail ? laissez-vous faire, allongez vous ” et elle continue, je referme mes cuisses et remets ma culotte, lève les yeux en l’air en me disant ‘putain de karma de merde” et d’une sorte de commun accord elle me regarde et retourne en sentant ses doigts à son bureau… Je la regarde déçue et on se comprend sur un point “vaut mieux en rester là”, je passe donc sur le non-diagnostic d’agression au travail et en plus la petite agression de cette médecin…
Voila là c’est 6 mois de ma vie et ça toujours été ainsi.
j’ai aujourd’hui 45 ans et ça va pas mal, même si je n’oublie pas et que je me méfie énormément de tout ce qui présente bien… et donc évolue parmi la faune d’une ville populaire ou, je me demande si c’est pire ou pas, m’érode, pas une journée sans ” votre soutif il est rose ?” “hum tu jouis ?” j’adore les rousses , tu viens” “t’as un mec ?.. ” et ils collent… Une fois encore ce n’est pas tant leur comportement qui est insupportable, c’est que je sais à présent, je suis sure, qu’ils me plaqueraient au sol dans le supermarché, la plupart des gens penseraient que c’est moi qui ait commencé… du coup, je me protège beaucoup y compris du “bon” si il existe.
Courage tlm

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jécoute
Jécoute
4 années plus tôt

Il existe un n° vert proposant une consultation hospitalière pour victimes de harcèlement sexuel.
Il faudrait un numéro rouge pour harcèlement au travail ou la victime ne serait pas considérée comme une “malade” (ou une folle) mais un être humain isolé (fragilisée car peur de perdre son travail) qui a besoin d’un conseiller ou un médiateur pour “régler le problème” avant qu’il n’empire et ne se transforme en désespoir.
Et ceci serait valable contre les voisins harceleurs par ex. !
Le médiateur contacte l’agresseur lui signifiant qu’une plainte est enregistrée et que ce comportement doit cesser immédiatement car il y aura des conséquences: c’est contre la loi.
Il y a suffisamment de chômeurs intelligents qui peuvent tenir ce rôle travaillant à domicile qqes heures par semaine …

Merci de remplir les champs obligatoires.



elle
elle
4 années plus tôt

même la médecin du travail, là c’est le comble, horreur ! Bravo pour votre force

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME