Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Collègue

Durant une année je m’habille en pantalon noir et blouse noire, plus de boucles d’oreilles, ni foulard coloré, pour arrêter les allusions sexuelles permanentes au boulot (style la photocopieuse marche de temps en temps aujourd’hui « ah ça c’est comme moi » ; « celle-là elle est baisable » … C’est quand je me change dans l’auto avant un resto que je me rends compte de l’aberration de la situation qui ne peut plus durer !! Il y a des fleurs sur mon bureau quand je pars en vacances, parfois un mail avec une photo des fleurs qu’il m envoie quand je suis en vacances et des écrits abracadabran sur Sade et la beauté féminine, le sexe, le porno, alternance de messages verbaux mielleux et d’autres piquants humiliants devant tous « tiens voilà le diable qui arrive ! », « tiens on pourrait tuer quelqu’un avec ça » (avec un morceau de pain sec brandi sous mon nez quand je rentre dans la pièce), agressivité quand je refuse une sortie hors boulot « tu n’aimes pas ton équipe ? » , « tu es conflictuelle », « tu as des soucis personnels ? », « t’as l’air mal en ce moment », « tu t’habilles bien mais tu es déprimée hein oui que tu es déprimée », « tu ne t’en sortiras pas financièrement si tu démissionnes », intrusions dans mon bureau, dans mes armoires, il lit mes dossiers en mon absence, il se fâche quand je ferme une armoire à clé de mon bureau (il en a un à lui mais il utilise le mien dès qu’il le peut sans raison)… Je démissionne, il vient sonner chez moi le lendemain de mon annonce de démission (un samedi !!) j’ai du courrier postal relatif à ma démission qui est ouvert chez moi durant 6 mois(!), je le bloque via facebook, il crée un nouveau profil, je rebloque, il re-crée un autre profil … je ne vois pas la fin… Le syndicat : « ba c’est partout pareil, les temps sont durs hein, passez à autre chose » , l’avocat : « si c’est pas un grand truand avec grande preuve à l’appui généralement on arrive à rien », la police : « s’il est fou, on ne pourra pas l’enfermer, ba il va bien se lasser un jour hein », à d’autre moment, je suis vue comme une parano menteuse (un policier, syndicat « changez vous les idées, vous ruminez Madame !! faites du jardinage, ça vous calmera !! »). J’ai tenté de garder un maximum de traces écrites…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
AnonymeJécoute Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Jécoute
Invité
Jécoute

GARDER des preuve, dates, enregistrer les conversations. Sinon poster son nom publiquement car c’est un malade mental et il peut t’agresser physiquement.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anonyme
Invité
Anonyme

Ce n’était pas à toi de partir mais à lui . Je sais, c’est compliqué, j’ai vécu le même enfer et nous sommes consoeurs. Il est encore là car il rapporte beaucoup de pognons alors que la Direction sait qu’il y a eu a minima 5 victimes. Aujourd’hui tout le monde a oublié et il recommencera avec une autre. Le pire c’est qu’il y a même une FEMME de la boîte qui dit « mais on le connait, il est comme ça ». Genre c’est quedalle. Sauf que c’es un grand malade…..

Merci de remplir les champs obligatoires.