Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Chez un médecin

J’avais 17 ans, sous pilule contraceptive mini dosée, je découvre que je suis enceinte. Je suis entrain de passer mon bac, ma mère est hospitalisée depuis plusieurs mois. La sexualité, un tabou absolu dans la famille. Impossible de le dire à mon père. A ce moment là, l’IVG était possible avec l’accord des parents et après entretien avec une assistante sociale. Le médecin généraliste de mon petit ami m’oriente vers un confrère qui pratique les IVG en cabinet, de façon totalement illégale. Pas le choix…
La salle d’attente du médecin en question donne le ton : un fauteuil « Emmanuelle » en rotin, dans les toilettes, des dessins humoristiques relatifs au sexe, dont un qui m’a marquée : un sexe à roulettes avec une prise électrique et le slogan « pour la fête des mères offrez lui un Moulinex ».
Lors d’une auscultation, pour évaluer la date de la grossesse, le médecin me fait installer sur la table d’examen.
Lumière braquée sur mon entrejambe, il s’etait exclamé « Oh comme c’est mignon ! On dirait la rose de Ronsard », j’étais tétanisée, les bras serrés, croisés… il a enfilé un gant, mis du gel, puis enfoncé ses doigts dans mon vagin. Avec son autre main il appuyait sur mon ventre et commentait avec excitation et sarcasme les mouvements dans mon vagin : « tiens ! Ça c’est un ovaire, ça c’est l’autre ovaire… ah ça c’est le point G !!! Ohhh docteur, docteur, restez ! ».
J’étais horrifiée, je n’ai rien dit, je dépendais de cet individu pour faire pratiquer cette IVG, je n’avais pas d’autre solution. Il m’a fait revenir plusieurs fois en consultation (300 francs à chaque fois, c’était en 1986)…
Un jour, il a sorti un kamasutra de sa bibliothèque, m’expliquant que la femme devait être dévouée sexuellement à son mari, il me dit : « je vais fais de faire de toi une jeune femme extraordinaire ». Ce médecin me donnait la nausée.
Le jour où il devait pratiquer l’IVG, il m’a fait venir avec mon petit ami. Il m’a fait mettre nue, en peignoir, puis nous fait attendre plus de trois heures dans une chambre qui ressemblait à un lupanar.
Nous ne comprenions pas cette attente prolongée.
Au bout de tout ce temps, il m’auscultait une dernière fois. Là, il m’annonçait que finalement c’était plus ancien que prévu, et qu’il ne pouvait prendre le risque d’une intervention en cabinet. Or, il avait placé une semaine auparavant une sorte de petite « éponge » dans le col de l’utérus qui avait vocation à se gonfler et permettre une petite ouverture.
Ennuyeux… il fallait que j’aille en clinique, seulement comment expliquer la présence de cette « éponge » ?
Il a alors appelé un confrère, qui ne pratiquait que des accouchements, et m’y a adressée.
L’intervention a eu lieu en catimini, sous anesthésie générale dans la maternité où exerçait cet obstétricien.
Je n’ai plus jamais mis les pieds chez ces médecins. Bien longtemps après, je me suis dit que j’aurai dû déposer plainte. Cependant, pénalement tout était prescrit, qui m’aurait crue ? Je n’avais aucune preuve, en dehors de mes dires, quel crédit m’aurait on donné, face à un notable médecin…
Ce médecin a fini paisiblement sa carrière 🤮

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
Fichiers Photo et Image
 
 
 
Fichiers Audio et Video
 
 
 
Autres types de fichiers
 
 
 
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si