Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Ces « petits désagréments »

Je suis une jeune fille de même pas 16 ans
Je subis régulièrement ce qu’on appel les « petits désagréments » de la vie courante c’est a dire des choses qui paraissent normales mais qui ne le sont pourtant pas.

Chaque matins, j’attends mon bus en pleine nuit devant une nationale très fréquentée, il est rare que je ne me fasse pas klaxonnée et quand cela ce produis je suis choquée, ça ne devrait pas être l’inverse ? Je devrais être choquée d’être klaxonnée … mais non parce que l’on fait passer ça pour des banalités. Très souvent dans le métro je suis régulièrement confrontée a des frotteurs, suiveurs et je pense même des violeurs. Des regards insistant sur mon entre jambe ou ma poitrine, des corps collés contre moi alors que le métro n’est pas rempli ou même des accompagnateurs anonyme jusqu’à l’entré de mon lycée. Ceci est mon quotidien, le quotidien de beaucoup de jeunes filles je pense, mais pas celui de beaucoup de jeunes garçons. Je passe plus mon temps a marcher vite pour rentrer dans mon lycée ou chez moi que de réviser mes leçons sur la route. Le soir c’est la même chose mais dans le sens inverse, les frotteurs et les suiveurs d’abords puis les klaxons et les remarques désobligeante sur mes fesses, mes seins ou tout simplement parce que je ne possède pas de pénis et que je suis donc le « sexe faible » que l’on a tant entendu. Mais si nous arrêtions de dire que les femmes sont le sexe faible et que les hommes sont le sexe fort peut être que tous ces faits divers, ces « petits désagréments », ces hashtags, ces mains courantes, ces histoires ou tout simplement ces agresseurs (je met au masculin parce que dans la langue française le masculin l’emporte sur le féminin non ?) n’existerait peut être pas.

Je ne préciserais pas les tenues que je porte parce que ça ne justifie pas tous ces actes. Plutôt que d’apprendre aux femmes a se couvrir, apprenez plutôt aux hommes a se retenir. Cordialement, le sexe faible.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

9
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
7 Nombre de commentaires
2 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
8 Nombre de personnes ayant commentés
Chiyula marteje-t-ai-lu.eCatouneTous les jours Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Jérôme
Invité
Jérôme

très joli texte , et à 16ans chapeau ! et en plus d’une femme ( non là c’était la mauvaise blague méa culpa :p)

Merci de remplir les champs obligatoires.



Coucou
Invité
Coucou

Ah oui, bravo jeune fille, protège toi bien, regarde et vois venir, qu’il ne t’arrive rien, tu as tout dit.

Merci de remplir les champs obligatoires.



oser se défendre
Invité
oser se défendre

Bonjour Jeune Fille,
BRAVO pour avoir oser dire les choses. Vu votre âge, votre prise de parole et de conscience, vous honore. Vous ne vous êtes pas contentée de penser, vous avez agit. De spectatrice, vous passez actrice de votre vie et votre destin.
Vous faites bien de souligner que dans la majeure partie des cas, c’est l’homme ou le jeune homme, voir le jeune garçon, qui est l’agresseur. Tout autre discours vient à point pour détourner l’attention du problème et aider ainsi à sa résolution. La victime est à nouveau victime, elle subit le système de la double peine.
Permettez-moi de rajouter deux hypothèses, malheureusement il doit y en avoir plus de trois, à la votre dite du sexe fort.
La première est celle de l’éducation dite patriarcale où le garçon, futur mâle, n’est tout simplement ni éduqué ni sensibilisé au respect de l’autre, particulièrement si l’autre est une femme. Quand tout ne lui est pas permis, tout est explicable et excusable car sa réaction est biologique. La seule chose qu’on lui apprend, c’est qu’en tant qu’homme il doit régner et dominer : c’est ainsi qu’on est un homme. On ne lui apprend pas le respect, on ne lui apprend pas le bien et le mal.
La deuxième est que malgré les discours politiques et politiquement corrects du moment, les pouvoirs publics et la législation ne font pas preuve de congruence. Malgré la loi sur l’égalité des chances entre femmes et hommes, de 2014 me semble-t-il, les pouvoirs publics eux-mêmes, ou certains officiers de ministère public tels les notaires, ne donnent pas l’exemple de l’application de cette dernière : par exemple lors de la rédaction d’un acte c’est toujours Monsieur en premier et Madame en second. Pourquoi ne pas demander aux concernés comment et dans quel ordre doit être rédigé l’acte ?
Une chose est certaine, nous femmes avons peur de parler et nos prédateurs exploitent honteusement cette première faille de notre société : la victime doit prouver qu’elle est victime, si même les proches ne la croient pas, comment un policier ou un juge va la croire ? A force d’être violentée en toute impunité, que ce soit physiquement ou psychologiquement, elle perd inconsciemment confiance en elle ce qui rend toute démarche ou témoignage insurmontable voir dangereux.
L’apport de la preuve étant bien souvent impossible et le doute bénéficiant à l’accusé, il ne nous reste plus qu’à faire attention à ce qu’on dit, à ce qu’on fait, à ce qu’on porte. Et à cesser de vivre et d’exister.
Souvent je chante silencieusement, dans mon intérieur, une chanson de France Gall : Résistes, prouves que tu existes.
Souvent, trop souvent, des femmes, des jeunes filles ou des fillettes meurent car elles ont croisé la route d’un pervers-manipulateur ou d’un sociopathe ou d’un intolérant à la frustration qui ôte la vie à sa victime parce que cette dernière lui a résisté ou qu’il veut cacher son acte qu’il sait être abject, odieux et criminel.
La femme pour ce genre d’individu n’est pas un être humain, c’est une chose, sa chose. Et si il ne peut pas la posséder, il va la détruire pour qu’elle lui appartienne définitivement. Malgré les preuves scientifiques il va continuer à nier, il va continuer à rejeter la faute sur sa victime et il va à nouveau la salir et la détruire en se faisant passer lui pour victime.
Je suis juste une femme qui parle de sa propre expérience …..
Mais je suis heureuse et fière de constater qu’une jeune fille prend conscience, Toi jeune inconnue, et décide d’agir.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Niet
Invité
Niet

Beau commentaire. Implacable.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Tous les jours
Invité
Tous les jours

C’est exactement ça. ça m’arrive aussi et c’est comme si c’était normal qu’a Nos âges ça n’alerte Pas plus que ça. À 12 ans ça ne choquait personne qu’on me surnomme « bouche à pipe/bite » et ça craint. Et en avançant en âge ça s’empire. C’est devenu le quotidien de plein de filles et femmes de se faire klaxonner juste parce qu’elles passent par là, de se faire insulter ou harceler sans raison et même agresser, c’est tellement banalisé. Grâce à des témoignages comme ça c’est important de montrer que même ce qui est considéré comme du détail ou la routine reste intolérable en toutes circonstances.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Bonsoir tout le monde,

Il y a quelque chose que je ne comprends pas ! Si un garçon, un jeune homme ou un homme existe, c’est bien parce qu’une femme l’a mis au monde !

En clair, l’homme doit sa vie à une femme !

L’homme devrait donc être reconnaissant envers la femme du fait de son existence, et ce n’est pas le cas !

L’homme insulte la femme, la bat, la harcèle, l’agresse, la viole, l’abuse sexuellement, la siffle, la klaxonne, la violente, la rabaisse, l’humilie, la trompe, la vole, la malmène, la raille, la dénigre, la frappe, lui crie dessus, lui pisse dessus, lui crache dessus, se masturbe dessus, la tue, la détruit, l’assomme, la cogne, la brûle, l’asphyxie, la dérouille, l’assassine, l’empoisonne, la blesse, la mutile, la torture, la massacre, la découpe en morceaux, la jette à terre, la souille, la salie, la méprise, l’avilit, la séquestre, la viole collectivement, la démolie, la brise, la tabasse, l’égorge, la noie, la défigure, la lapide, la bousille, l’amoche, l’esquinte, l’étrangle, l’abîme, l’étripe, la bute, l’outrage, la force, la blâme, la maltraite, lui porte atteinte, l’attaque, l’engueule, la castagne, la bouscule, la brutalise, lui ment, la rudoie, l’asticote, la houspille, la fait souffrir, la martyrise, la moque, la bafoue, la berne, l’arnaque, la calomnie, la trahie, la lèse, la déshonore, la kidnappe, l’enferme, l’interne, l’isole, l’emmure, lui parle mal, se montre cruel avec elle, ….

Pourquoi agit-il ainsi envers celle qu’il devrait aduler, glorifier, respecter, encenser, choyer, chérir ?

À la base, c’est une mère, une femme, qui l’éduque !

Comment cette femme qui le met au monde n’arrive t’elle pas à faire en sorte qu’il respecte les femmes ?

Pourquoi cette mère ne le recadre pas lorsqu’il change et se transforme en bourreau vis à vis des femmes ?

Doit-on revoir l’éducation de la femme ?

Moi, je pose la question !

Merci de remplir les champs obligatoires.



je-t-ai-lu.e
Membre

je suis d’accord avec vous certaines mères qui traitent leur enfant garçon comme un roi (parce que le garçon contrairement à la fille ne sera pas le rival de la mère, et que petit il est tout admiratif de maman qui est le plus belle …) et leur passent tous les caprices, cèdent à tous les désirs, fabriquent des hommes qui ne supportent pas de ne pas avoir ce qu’ils convoitent et qui sont « prêts à tout » pour l’avoir et le garder …

Merci de remplir les champs obligatoires.



la marte
Membre

Bonjour,
La question est éducative, sociétale. Et les hommes comme les femmes sont responsables de ce gâchis. Charge à tout à chacun de faire en sorte de mettre fin à cette pensée. Mais surtout charge à nous victime de parler pour ouvrir les yeux des non victime qui ne savent comment réagir face au viol au harcèlement. On a du boulot et pas qu’un peu.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Chiyu
Invité
Chiyu

Je suis tout a fait d’accord avec toi mais je voudrais simplement te reprendre sur une chose: Le masculin ne l’emporte pas sur le féminin (Ça c’est seulement des gros conard sexiste qui l’on dit) mais fais office de neutre car il ne prend rien à la fin contrairement au féminin qui prend très souvent un -e à la fin.

Merci de remplir les champs obligatoires.