Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Besoin de votre avis

Bonsoir à vous je viens ici pour vous demander votre avis.
Alors voilà avant les vacances d’été j’ai été “violé” par mon petit ami de l’époque. Je ne voulais pas coucher avec lui mais il m’a tout de même pénétré avec ses doigts. Lorsque j’en ai parlé on m’a dit que c’était un viol bien que pour moi c’est juste une agression. Je le vois depuis la rentrée tous les jours et je suis en cours dans certaines matières avec lui. Je sèche tous les cours ou il est avec moi, je fais des crises d’angoisse dès que je le vois et mon corps ne répond plus à ma raison même si ma tête dit que ce qu’il a fait c’est rien. Je sais plus trop où j’en suis, mon père est allé parlé à mon cpe qui m’a conseillé de changer d’établissement et d’aller porter plainte ce qu’on fait mes parents.

J’en ai parlé avec mes parents de changer de lycée mais avec ma mère c’est compliqué parce qu’elle considère que je serai faible si je les affronte pas.
Je veux pas paraître faible mais je suis totalement perdue j’ai la boule au ventre dès qu’il faut aller en cours j’en mange plus je vomis c’est l’enfer.

Alors je voulais votre avis, que dois je faire ? Changer ou tenir toute l’année sachant que je suis en terminale

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
10 mois plus tôt

Chère anonyme, jeune femme en devenir.
Je vais tenter de répondre au plus pressé car votre cas est sérieux et cela risque de compromettre votre avenir car vous êtes dans l’année critique de terminale avec une souffrance psychique insupportable qu’il faut traiter. Cela vous entrave considérablement avec en plus la pression du bac.

Commençons par le début: c’est bien un viol que vous avez subi, d’après la définition légale:

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1526

(Si vous êtes mineure, cliquez sur mineur mais cela change peu dans les termes, justes dans les conséquences juridiques.)

Ensuite votre cpe a parfaitement raison: il est préférable de changer d’établissement, il vaut mieux cela en début d’année. J’insiste pour que vous fassiez bien comprendre à vos parents que vous souffrez psychiquement et que cela risque de compromettre vos chances de réussite au bac. Votre père semble plus favorable à cette solution, tandis que votre mère vous demande l’impossible et raconte n’importe quoi car vous souffrez trop: c’est normal vous êtes exposée à votre violeur tout le temps et en plus vous souffrez de l’angoisse du viol avec les symptomes traumatiques.

Il vous faut absolument changer d”établissement, ce sera plus facile que de faire virer cette ordure de violeur que vous ne pouvez plus supporter. D’autant plus que j’imagine que vous devez aussi supporter les pressions de sa bandes de petits porcs qui ne manquent pas de vous avilir par leurs mensonges à votre encontre, et peut-être pire encore si leurs “amies” s’y mettent: de quoi vous rendre les conditions trop inssuportables ce qui pourrait vous conduire à une crise d’angoisse qui pourra imposer un arrêt long voire une hospitalisation psychiatrique. (Je ne plaisante pas mais le risque est réel, voyez ci-dessous.)

Lorsque je vous lis, vous présentez les symptômes traumatiques du viol, c’est très grave car vous avez besoin de soins psychiques et surtout de soutien, et plus encore de vous éloigner à jamais ce votre violeur. Votre mère vous demande l’impossible aucune femme violée ne peut supporter la présence de son violeur sans subir une extrême souffrance psychique !

Ma chère jeune femme anonyme, il faut convaincre vos parents de changer d’établissement, au plus vite, ce sera plus facile que de faire virer votre violeur ! De toutes les manières, même si vous faites virer votre violeur vous devrez affronter le harcèlement de ses meute de porcs qui vous le feront payer moralement. Dans tous les cas vous perdez plus à rester qu’à changer. Vous pourrez toujours revoir (et surtout compter) vos amis qui tiennent à vous et en qui vous avez confiance.

Voici quelques liens pour vous aider:

tout d’abord contactez des associations d’aide aux victimes de viol, elles seront plus a même de convaincre vos parents surtout votre mère et surtout d’entendre votre souffrance.

Elles ont souvent des thérapeute compétents qui travaillent avec elles.

Associations de lutte contre les violences faites aux femmes
CFCV – Collectif féministe contre le viol
http://www.cfcv.asso.fr

numéro d’urgence: 0 800 05 95 95
FNSF – Fédération nationale solidarité femmes
http://www.solidaritefemmes.asso.fr
CNIDFF – Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles
http://www.infofemmes.com
Femmes solidaires
http://www.femmes-solidaires.org
FDFA – Femmes pour le dire Femmes pour agir
http://www.femmespourledire.asso.fr

Fédération Nationale Solidarité Femmes: FNSF

http://www.victimedeviol.fr/associations.html

Stop violences sexuelles

http://www.stopauxviolencessexuelles.com

http://www.resonantes.fr/

l’Association Vivre Soleil Renaître est une aide aux victimes de l’inceste, de viol extra-familial, d’agressions sexuelles,

http://www.vivresoleilrenaitre.org/

Réseau France victimes

http://www.france-victimes.fr/

numéro d’urgence: 116 006

Vous avez absolument besoin de consulter pour évaluer votre état psychique et émotionnel, vous ne pouvez pas réussir avec une telle souffrance psychique et en plus de devoir supporter cette ordure de violeur qui est encore en liberté ce qui est inadmissible !

Il vous faut consulter au plus vite ma chère jeune femme en devenir, car cela peut vous causer une très grave dépression. Votre CPE a raison et il pense avant tout à votre réussite. Voici quelques liens utiles pour les soins psychiques:

Sites médicopsychologiques:
** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
http://www.institutdevictimologie.fr/annuaire.php

** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** indiqué par Céline9: un site très intéressant d’ailleurs
https://www.cyrinne.com/

** psy coach: un espace consacré au harcèlement
https://www.psy-coach.fr/

** soutien-psy en ligne
https://www.soutien-psy-en-ligne.fr/

Il vous faut établir plus vite un diagnostic car vous avez sans doute besoin d’un traitement adapté. Les angoisses, la peur, si vous faites des cauchemars ou avez des crises d’angoisse subis, des nausées, c’est que c’est assez grave pour consulter et de toutes manières après un viol il faut toujours se faire suivre. C’est impossible d’affronter votre violeur ainsi votre mère dit n’importe quoi, c’est comme si on demandait à des victimes d’attentats de vivre avec leurs auteurs. C’est n’importe quoi (hélas dans certains pays les pauvres habitants victimes y sont contraints) !

Voilà pour l’instant de quoi commencer, faite lire ceci à vos parents si vous le souhaitez, j’assume tous mes propos, mais surtout changez d’établissement, alez consulter et faites vous suivre. n’hésitez pas à revenir pour tout info complémentaire.

De tout coeur avec vous, affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Louve
10 mois plus tôt

Bonsoir je lis votre témoignage et suis complètement d’accord avec la réponse de Psionic.
Le traumatisme est récent et malheureusement dans les lycées les personnalités sont en construction et parfois les réactions sont dictées par une volonté de s’intégrer à tout prix d’où des réactions parfois à la limite de la stupidité.
Pour le moment le plus important est de protéger votre équilibre psychologique et vous permettre de retrouver un espace plus sécurisé pour que les aides extérieures (thérapeutes, justice,…) se mettent en place.

Je salue la réaction de votre CPE. Il a eu le professionnalisme et surtout l’humanité de vous conseiller, de vous protéger, de vous permettre de vous identifier en tant que victime pour que vous puissiez vous reconstruire peu à peu.
La sensibilité est une belle forme d’intelligence et elle pourrait expliquer vos réactions physiques. D’instinct votre corps a assimilé le fait que ce que vous aviez vécu n’était pas normal et croyez moi c’est une vraie chance. Si vous étiez rentrée dans le déni, les faits auraient pu un jour remonter comme un tsunami. Aujourd’hui même si cela peut vous sembler impossible, vous avez la possibilité de panser les blessures de votre corps et ces “marques” dans le cerveau qui ne se voient mais qui existent et surtout qui ne sont pas irréversibles avec une bonne prise en charge

Pour votre mère, j’ai cherché un article parlant si vous voulez lui faire lire :
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/889153-le-cerveau-des-victimes-de-violences-sexuelles-serait-modifie-ce-n-est-pas-irreversible.html

Vous avez d’autres études qu’on peut trouver sur internet mais le docteur Muriel Salmona explique beaucoup de choses et a approfondi les mécanismes qui se mettent en place pour une victime.

Surtout n’oubliez pas que votre cerveau a d’importants pouvoirs de reconstruction et le fait d’en avoir parlé va vous permettre de retrouver toutes ses potentialités.

Ce que vous avez vécu est traumatisant et prendre du recul peut vous aider. Il ne s’agit pas de faiblesse mais de se “retrouver” pour prendre le temps de se reconstruire et de développer les moyens de protection adaptés. Vous avez aussi le CNED et vous pourriez voir avec votre établissement en parlant des réactions qui se manifestent pour vous dans votre corps.

Le retrait temporaire n’est pas un signe de faiblesse. Il répond à un besoin de reconstruction. Votre mère veut vous protéger à sa manière mais le plus important est de VOUS faire confiance et de sentir ce dont vous avez réellement besoin pour vous reconstruire.

J’ai été victime très jeune de viols puis d’agressions sexuelles. Je n’ai pas eu “cette force” que vous avez eue de parler à l’époque. J’ai ensuite accepté trop de choses et je n’ai pas fait attention qu’avec le temps je renvoyais des signaux comme une pancarte disant “allez y je ne dirai rien et en plus je ne sais pas me défendre”. Votre force sera de vous réaliser avec la présence de cet événement inadmissible dans votre vie. Porter plainte est une grande force. Parler comme vous l’avez fait est une grande force. Le fait que votre corps réagisse contrairement aux idées reçues est une grande force.
Vous êtes jeunes : “cherchez ce qui vous fait vibrer pour donner du sens à votre vie et trouver les environnements et le travail qui vous permettront d’accéder à votre plein épanouissement”. Je vous assure que c’est possible.

Je remercie encore votre CPE qui n’a rien atténué, rien étouffé et votre père qui a pris le taureau par les cornes en allant trouver un professionnel en la personne de ce CPE.
Nous avons tous des réactions différentes et la “sidération” explique que parfois nous restons sans réussir à nous défendre sur le moment. Ma mère aujourd’hui malade était et est toujours forte de caractère. Elle a eu mal à comprendre que je n’ai rien dit à l’époque et que je ne me sois pas défendue. Elle a tout de suite su que je disais la vérité car j’avais des symptômes et des réactions qui ne trompaient pas. Aujourd’hui c’est elle qui me parle de ma force de caractère car je n’ai pas “banalisé” ce qui m’était arrivé. Je continue à chercher ce qui me rend heureuse, vivante. Je fais un métier que j’aime vraiment. Je trouve justement que le cadre de mon métier manque parfois de caractère et à ce titre oublie la part d’humain indispensable à une évolution saine et solide. J’ai besoin de donner du sens à ce que je fais et tout ce que j’ai vécu n’y est pas pour rien.

Prenez le temps d’expliquer à votre mère que votre force est justement de choisir de ne pas introduire des lésions plus profondes en niant que votre corps et vos ressentis sont des signes de souffrance. Si vous choisissez de quitter votre établissement ce n’est pas un signe de faiblesse mais le signe évident de votre intelligence qui a su analyser ce qui serait salvateur et bénéfique pour vous. Faites vous confiance, cherchez les réponses en vous sans vous soucier des avis qui n’iront pas dans votre sens. L’école est là pour nous aider à penser par nous mêmes et nous permettre de nous réaliser pleinement dans le temps.
Si vous choisissez de rester ce doit être votre choix et ça n’enlèvera rien à votre intelligence, votre force, votre courage.

Ecoutez vous je vous en prie. Votre établissement doit vous accompagner dans vos démarches. N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez besoin de conseils, de lâcher prise, de parler de vos souffrances sans vous sentir jugée.

Vous allez vous en sortir je vous le promets. Rien que votre témoignage et le fait que vous ayez pu parler de ce qui vous était arrivé est un signe de force et d’intelligence.

Faites un pied de nez à ce porc en vous réalisant dans votre vie de femme et votre vie professionnelle indépendamment de ce qu’il vous a fait connaître trop jeune. J’aimerais qu’il y ait plus de sensibilisation dans les écoles et les établissements scolaires afin que le respect du corps et de l’esprit de l’Autre soit “beaucoup plus naturel et intégré”. Tous les hommes ne sont pas des porcs et vous n’êtes en rien coupable de ce qu’il vous a fait vivre.

De tout coeur avec Vous et merci pour votre témoignage courageux ! Je ne peux pas trop rentrer dans les détails mais pour ma part à la lecture de votre écrit je ne doute à aucun moment de votre force et de votre intelligence. Vous avez juste besoin de temps et de beaucoup de bienveillance pour vous permettre de passer des caps et VOUS retrouver.

Merci de remplir les champs obligatoires.