Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

#balancetonporc et le milieu politique

Quel est le rôle des politiques dans ce mouvement de libération de la parole des femmes ?

Depuis ces deniers jours, la parole des femmes victimes de harcèlement et d’agression sexuelle mais également de viol est en train de se libérer. On ne compte plus le nombre de témoignages postés par les victimes. Cela met en évidence le fait qu’il s’agit d’un très gros problème de société qui touche la majorité des femmes en France.

 

Et les politiques dans tout cela ?

Le moins que l’on puisse dire est que les partis politiques ont clairement un train de retard et sombrent dans le silence, alors qu’au contraire, ils devraient profiter de ce mouvement de libération de la parole des femmes pour que les choses bougent, que les décisions qui doivent être prise depuis bien longtemps le soient enfin.
Plusieurs figures du féminisme comme Anna Melin et Caroline de Haas s’étonnent que les partis politiques soient aussi silencieux sur le sujet. Le seul parti politique qui s’est exprimé est Europe-Ecologie-Les-Verts qui a réagi au projet de loi de Marlène Schiappa contre les violences sexistes et sexuelles.

 

Ont-ils peur d’avoir une brebis galeuses dans leur camps ?

Pour Caroline de Haas, si les dirigeants politiques sont aussi frileux sur le sujet, c’est qu’ils ont très certainement chacun un harceleur dans leur équipe. Après les scandales DSK et Baupin, les dirigeants politiques semblent ne pas vouloir faire de remous mais préfèreraient laisser passer l’orage au risque que des révélations viennent ternir l’image de leur parti.

 

Et que pensent les ministres ?

Le moindre que l’on puisse dire est qu’ils n’ont pas daigné accorder leur violon, ce qui a d’ailleurs obligé Bruno Lemaire à revenir sur ses propos, après avoir affirmé qu’il ne dénoncerait pas un harceleur.


Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Égalité entre les femmes et les hommes qui est d’ailleurs très active sur le sujet, demande à ce que tous les ministres mutualisent leurs efforts contre ce problème de société.

Brigitte Macron s’est dite « très heureuse que les femmes parlent »
Malgré que le Président de la République, Emmanuel Macron n’ait pas encore évoqué le sujet, la première dame de France quant à elle, a affirmé être « très heureuse que les femmes parlent ». Propos qu’elle a tenu alors qu’elle sortait d’une présentation théâtrale qui portait d’ailleurs sur le sujet du viol.

 

Les moyens sont-ils suffisants ?

La réponse est bien évidemment négatives, selon Caroline de Haas, il paraît d’ailleurs utopique de penser qu’une loi sur le harcèlement de rue suffira à diminuer drastiquement le nombre de viol. Ce n’est d’ailleurs pas une nouvelle loi qui est nécessaire et qui changera les choses en profondeur, mais ce sont les moyens.

 

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si