Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balance ma vie

Désolée c’est extrêmement long

Depuis quelques temps des souvenirs me reviennent. Je me souviens très jeune avoir eu l envie de devenir prostituée. Je sais que dans ma tête on etait payée pour faire du sexe… Et le sexe avait l air d’être quelque chose de bien.. Je ne sais plus quel âge j’avais.. Et je ne sais pas pourquoi j’ai ce souvenir et uniquement celui la..
A 13 ans et demi j’ai fait ma première fois, pas vraiment parce que j’en avais envie mais mon petit ami de l époque qui avait un an de plus que moi n arretait pas de m ecrire des lettres d amour et me parlait de son penis et de mon vagin dedans. Je me rends bien compte aujourd’hui que tout ça n’était pas de mon âge mais je crois que sur le coup ça ne me dérangeait pas. Je me sentais grande et j’allais le devenir il voulait faire l’amour avec moi. Le soir ou ça c’est passé j’avais un peu peur mais il m’avait dit de me préparer avant et de me doigter. C’était la première fois que je le faisais et je me rappelle avoir été sous la douche pour le faire. J’avais mal c’était horrible et ça a commencé à me stresser de faire l amour j’en avais plus vraiment envie mais bon je lui avais dit oui et je ne voulais pas qu’il se vexe alors j’ai un peu accepter malgré moi.
Il est venu et je me souviens c’était sans cette salle de bain sur le carrelage froid je me suis allongée nue et il m’a pénétré j’avais mal mais ça allait ça a duré quelques secondes et c’était fini. Il a jeté le préservatif dans les toilettes et voila. J’étais devenue une femme. Je ne me souviens même pas où etaient mes parents à ce moment là..
Plus tard mon père l’a appris et ça lui a fendu le cœur.. J’avais honte de lui causer de la peine surtout que j’en avais même pas eu plus envie que ça.. Mais après ça j’ai décidé de rompre avec lui. C’était ma première fois.

A 15 ans j’ai commencé un peu à déconner à l école, je sechais les cours et j’ai commencé à fumer. Certains garçons savaient que j’avais deja coucher et essayait de m avoir également. Mais j’avais trouvé ça tellement nul que je ne voulais plus. Je me disais que tout le monde faisait tout un foin avec le sexe mais si c’était ça vraiment ça n’en n’allait pas la peine.
Je ne sais plus si c’est a cette période que nous avons eu internet à la maison mais je me souviens avoir visiter beaucoup de sites pornographiques. Je ne me souviens pas si c’était avant ou après ma première fois ni comment j’ai eu cette idée. Je me rappelle que c’était dur de trouver des videos et que j’avais toujours plein de fenêtres pub qui s ouvraient partout. J’avais peur que mes parents le découvrent et ça me faisait stresser sans arrêt alors j’ai commencé à faire des dessins érotiques et porno d après les photos que je voyais sur ces sites des femmes qui faisaient des fellations etc..
Mon père ou ma mère est tombé sur ces dessins. J’avais honte tellement honte ils m’ont engueulés et m’ont dit que j’étais obscène. Je leur ai menti en disant que c’est une amie qui les avait fait et pas moi… Je me sais pas s’ils m’ont cru.. Mais j’ai eu honte de m intéresser au sexe a un âge ou je n’aurai pas du l être…

Bref revenons à mes 15 ans. Comme je déconnais mes parents m’ont envoyé faire un séjour linguistique en Floride. Ça a duré trois mois. La bq si loin de mes parents pour moi ça a été un choc au départ et puis j’ai très vite pris mes marques. J’étais livrée à moi même. Ma logeuse me laissait faire quasi ce que je voulais. J’ai rencontré une fille la bas elle avait 19 ans. Je me suis reveillée un matin dans son lit dieu merci habillée mais je n’ai toujours pas le souvenir de comment j’ai atterri ici. Apparemment une soirée trop alcoolisée et je ne savais plus ou j haborakd…
Je m’en saurai jamais plus. Et je m’en ficjais. Elle etait cool je l admirais. Elle me prenait avec elle quand elle partait faire la fête. M emmenait partout. En boîte danser. J’avais oublié de souvenir mais je m’en suis rappelée il y a peu.. On s’est retrouvé une journée ou soirée ou nuit.. C’est vague encore.. Elle avait rencontré un garçon et ce garçon avait un ami. Ils etaient plus vieux que nous mais on leur avais aussi menti sur nos âges. Je crois qu’ils vivaient ensemble parce que je me souviens avoir été dans leur maison. Elle a couché avec ce garçon je le sais parce que je les ai surpris dans la chambre la porte etait entre ouverte. Et le garçon qui etait avec moi m a attiré dans sa chambre. Je me souviens avoir eu peur parce que j’avais très clairement pas envie de faire l’amour avec lui je le trouvais moche rien ne m attirait..
Il a essayé de m embrasser mais j’ai tourné le visage et je me souviens avoir un peu rigolé mais plus par gêne et je ne savais pas trop comment m echapper. Finalement il m’a embrassé. Je me disais qu’il me laisserait peut être tranquille. Il m intimidait et je savais qu’il voulait coucher avec moi… Je ne lui ai pas dit non mais j’ai tenté de lui faire comprendre en enlevant ses mains qui me carressaient.. C’est vrai que je ne lui ai jamais clairement dit les choses.. Mais je pensais qu’il comprendrait. Mais il n’a pas compris et j’ai donc couché avec lui.
Je me souviens pas si ça a duré longtemps ou pas. En fait je ne me souviens pas de grand chose. Juste qu’il avait deux petites bouées de graisses sur chaque épaule et que j’avais trouvé ça répugnant.
Je crois pouvoir dire aujourd’hui qu’il a abusé de moi.. De ma timidité.. Qu’il n’a pas voulu comprendre que je ne voulais pas.. Mqis je ne sais toujours pas si je peux parler de viol. Il n’a pas été agressif et je n’ai pas dit non… C’est très étrange…
Après ça quand je suis rentrée en Suisse j’avais pris 15kg.. 15kg en trois mois. Mon père me ma pas reconnu et il m’a même pensé enceinte. J’ai eu honte. Il m’a fait courir pour que je perde du poids. Je crois que c’est lui qui avait honte que je me sois laissée aller comme ça.
Je crois que c’est aussi a cette période que j’ai commencé a être un peu agressive je me mettais dans de grosses colères et devenais souvent hystérique pour pas grand chose.. Enfin mes parents ne me comprenaient pas et moi j’avais l impression d être folle.

Je me souviens aussi qu avant ça ou entre temps je me souviens plus trop des périodes où j’ai comencé mais je me suis sacrifiée. J’avais souvent une profonde souffrance en moi que je ne savais pas exprimée et c’était le seul moyen que j’avais de me libérer de ça… Mes parents l’ont découvert aussi et ils ont été complètement démunies.. C’était les filles à problème qui faisaient ça.. Mais moi je n’étais pas une fille à problème… Je crois que j’ai complètement déstabiliser mes parents mais moi aussi je l étais…

A 16 ans j’ai intégré une nouvelle école en internat. C’est moi qui ai voulu être en interne car je pouvais être en externe mais je pense que je voulais fuir chez moi. Je crois que j’étais en colère contre mes parents mais je ne sais plus très bien pourquoi.. En fait j’étais surtout en colère contre moi… Parce que je faisais des choses qui leur faisaient du mal.
Je leur mentais beaucoup et sur tout. Mes notes a l école surtout. Je crois que je voulais qu’ils soient fiers de moi tout le temps mais je ne faisais que les decevoir davantage…
J’avais terriblement peur de les decevoir et je faisais tout pour qu’ils le soient c’est très paradoxale…
Chaque réunion de parents je redoutais qu’ils partent et qu’ils apprennent mes mensonges et ça me manquait pas..
En internat j’ai eu l impression d’être comme en Floride, loin de mes parents et libre. J’ai couché avec 4 garçons la bas. Je devais passer pour une fille facile. Ça ne me dérangeais pas j’étais appreciée. Je crois que c’est ce que j’ai toujours voulu… Être appréciée être aimée.. Pourtant je ne manquais pas d amour chez moi.. Enfin je crois.. Peur être qu a cause de mes mensonges je ne me sentais plus aimée je ne sais pas trop c’est difficile à exprimer.
A 17 ans un week end j’ai fait la connaissance sur internet d’un garçon. Un albanais qui vivait dans une autre ville. Ce soir là il y avait une fête dans le village
Village proche de chez moi. Mes parents nous ont autorisé a y aller avec ma petite sœur. Elle a deux ans et demi de moins que moi. J’en ai profité pour donner rdv à ce garçon. Il avait la voiture et est venu me chercher. J’ai laissé ma sœur avec ses copines en lui faisant promettre de ne rien dire aux parents que je partais mais que je revenais pour l heure a laquelle nous devions rentrer. Il est venu me chercher et m a ramener chez lui. Ses parents n’étaient pas la mais je me souviens qu’il y avait beaucoup de monde chez lui. Tout le monde buvait et fumait. J’ai bu beaucoup ce soir la. J’ai trop bu d’ailleurs. Il m’a emmenée dans sa chambre et nous avons couché ensemble. J’étais ivre je ne me souviens plus de grand chose. Quelques flash back. Ses amis qui nous mattaient depuis le balcon de sa chambre. Trou noir. Je reprends conscience et un autre homme au dessus de moi. Trou noir. J’ai repris un peu conscience j’étais seule dans la chambre et nue. J’ai regardé l heure. J’étais en retard j’ai paniquée et me suis habillée. Pas le temps de penser à ce qui etait arrivé. Mes parents ma sœur.. Je dois rentrer chez moi. Je dis au garçon qu’il doit me ramener il refuse il a trop bu il ne veut plus conduire. Je lui dis que c’est important que je dois rentrer vite que ma petite sœur est seule. Il s enerve mais prend la voiture avec ses amis et me conduis. Il a trop bu il roule vite j’ai peur. Sur la route il fait un accident. Il rate un virage et sa voiture a explose contre une barrière. Je sors en courant je dois rentrer chez moi et c’est encore loin.
Je cours et je l entends m insulter . C’est ma faute. Sa pauvre BMW. Mais moi je n’ai qu’une idée en tête rentrer chez moi.
Je cours de toutes mes forces a en perdre le souffle j’ai chaud la route grimpe dans la forêt ma sœur m appelle mes parents je panique.
Je rentre et je ne me souviens plus de ce qui se passe exactement. Mes parents sont a la maison avec ma sœur me demandent ou j’étais. J’étais en pleurs je transpirais je ne sais plus ce que je leur ai dit mais ils m’ont engueulée. J’étais inconsciente d’après eux en plus j’avais laissé ma sœur toute seule.. Encore une histoire de garçons sans doute… Ils m’ont accusé d’avoir fumé des joints j’avais les yeux rouges non je n’avais pas fumé de joints. Longue discussion je me sentais mal j’avais sommeil je me sentais sale…jai été dormir après plusieurs heures de discussion ou je ne parlais que très peu.. et une déception de plus pour mes parents a qui je n’ai jamais rien dit de cette soirée.

De mes 17 à mes 18 ans je me rappelle avoir eu envie de rencontrer des garçons. En fait non je voulais juste coucher avec eux. Je sortais la nuit par la fenêtre de ma chambre et je les rejoignais dans leur voiture. Je ne sais pas pourquoi. C’est arrivé deux fois. La deuxième fois le mec s’est retiré et le préservatif est resté en moi. Je suis tombée enceinte.
Je l’ai su a presque trois mois. Mon premier test etait negatif je ne m’étais pas inquiété et puis un mois plus tard il etait positif.
Je me rappelle qu a l époque mon père m’avait dit que j’avais l air enceinte. Je ne sais plus pourquoi. Peut être parce que mes seins avaient grossi. C’est vrai qu’ils avaient grossi… En tout cas quand je l’ai dit à ma mère elle m’a tout de suite dit ” il faut le dire à ton père” elle a été vers lui et lui a dit ” tu avais raison elle est enceinte”.
Mon père a pris son téléphone et a appelé le gyneco de ma mère, l homme qui a aidé ma mère à me mettre au monde 18 ans plus tôt.
Il lui a dit que j’étais enceinte et qu’il fallait faire vite. J’ai compris que j’allais avorter. En fait je ne crois pas qu’ils m’aient laissé le choix. Je ne sais même pas si j’aurai aimé le garder je savais que pour eux il faudrait que j’avorte.
Tout a été très vite et je me rappelle qu a l echographie alors que la femme savait que je venais pour avorter elle m’a proposé de le voir. J’ai refusé. J’ai été blessée qu’elle me le propose.
Après mon avortement je crois que mes parents m’ont dit quelque chose du style ” j’espère que maintenant tu te calmeras avec les garçons”. Je suis plus très sûre de la phrase mais je sais que c’était quelque chose de ce genre. Comme si je devais en tirer une leçon… Je me suis juste sentie encore plus mal a l intérieur.

Plus tard j’ai commencé à fumer des joints avec mes amis à l internat. Je me rappelle cette sensation. On rigolait pour tout et rien j’avais la tête qui tournait et tellement faim après. Et je m’endormais comme une masse. J’ai rencontré ma première meilleure amie a cette époque. Avec elle plus tard j’ai pris des médicaments c’était ma deuxième expérience et je me rappelle avoir eu la sensation de sortir de mon corps et d’être bien. Avant la fin de l année scolaire, elle avait rencontré un garçon et elle a commencé à se piquer. Je me souviendrai toute ma vie quand elle l’a fait devant moi dans ce wagon. Je la revois encore préparer sa seringue et se piquer. Ça m’a traumatisé de la voir sombrer et je ne lui ai rien dit.. Je ne lui ai jamais rien dit. C’était mon amie je voulais qu’elle puisse compter sur moi sans se sentir jugée. C’est la première à qui j’ai parlé de mon deuxième viol. Le premier je l’avais oublié… Il est réapparu dans mes pensées il y a quelques jours ( nous sommes aujourd’hui le 26.09.2020)
A 19 ans j’ai rencontré mon premier amour. A cette époque j’ai raté mon diplôme j’ai quitté l école j’ai quitté mes parents et je suis partie rejoindre l’amour de ma vie. J’ai passé 7 ans avec lui. 7 ans de dérives de trahison d amour de sexe. Avec lui j’ai découvert l amour. Quel drôle d amour. Il m’a trompée tellement de fois que je ne saurai le compter. Il m’a menti il m’a trahi et moi aussi. Mais j’étais folle de lui. J’aurai donné ma vie pour lui. Loin de mes parents je me suis prostituée en Suisse en Belgique. L’amour tarifé. La face sombre du sexe. J’ai connu plein d hommes. Des jeunes des vieux des beaux des moches des gros des maigres. J’ai vu et vécu des choses qui aujourd’hui je pense m’ont marquées à vie. Parfois j’en rigole c’est vrai. Mais je crois que ces années la ont marqué ma vie à jamais. Je me sentais aimée d’un côté puis souvent trahie par cet homme que j’aimais passionnément et qui etait devenu le seul pilier de ma vie.. Et qu’elle vie.. Une vie de débauche de sexe d argent de rencontres étranges de fantasmes d hommes… Ils me dégoûtaient tous. Pas une fois j’ai pris du plaisir. C’est comme si à chaque fois je sortais de mon corps. Je pensais à l argent je faisais les choses machinalement. J oubliais. A la fin restait l argent. Et l homme que j aimais que j’étais heureuse de retrouver. Il etait au courant. C’était malsain. Une relation toxique qui m’a construite mais qui m’a aussi tellement détruite. On se disputait souvent. On s aimait. Jetais heureuse et en même temps tellement malheureuse. Il me trompait j etais une pute… Je continuais de me sacrifier les drogues sont entrées dans ma vie. Toutes sortes de drogue.. Beaucoup de drogue.
J’étais jeune.. Si jeune. J’étais perdue… Je le suis toujours. Je me suis encore plus perdu depuis… J’aimerai revenir en arrière et dire à cette jeune femme que j etais de rentrer chez elle. Que l’amour ce n’est pas ça. Que l’amour c’est beau. Enfin je crois. J’espère. Je ne l’ai pas encore vraiment connu…

Il ne travaillait pas je travaillais pour nous.
Tout est très désordre mais ces années la ont été un gros bordel… Un long très long bordel…

Après 5 ans j’ai tout arrêté. Il s’en voulait il a cherché du travail et j’ai repris des études. Il ne me trompait plus. Il m’aimait. Enfin comme je l’avais toujours voulu. J’avais eu raison de croire en nous. Mais je ne me suis quand même pas sentie heureuse. Toujours ce sentiment de vide intense ces disputes qui dégénèrent cette envie de mourir souvent.. J’ai souvent eu envie de mourir depuis très jeune… Je ne sais pas si tout le monde ressent ça mais moi oui et souvent je me sens vide je me sens morte

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
7 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Ryan
Ryan
1 mois plus tôt

Courage à vous. Vous avez traverser bien des épreuves, j’espère que ça va un peu mieux. Ne perdez jamais espoir, il est toujours possible de s’en sortir dans la vie, croyez en vous et ne baissez jamais les bras il y aura des jours meilleurs. Allez voir un professionnel, faites une thérapie pour apprendre à vous connaître et vous liberez de votre mal être. Je vous souhaite tout le bonheur du monde et vous souhaite de réussir.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Watch
Watch
29 jours plus tôt

J’ai lu votre témoignage et je ne l’ai pas trouvé long, mais très court pour tout ce que vous avez déjà vécu à votre âge. Je vous conseille vivement de commencer une aide psy pour comprendre le mal être qui vous ronge depuis votre enfance, malgré l’impression que j’ai que vous avez été élevée dans une famille aimante. Et je crois que vous n’avez pas encore connu l’amour. Un homme qui aime n’envisagerait jamais que sa femme se prostitue pour vivre de ses revenus. Cela s’appelle du proxénétisme et est puni par la loi. Il a peut-être eu des remords et s’est mis à travailler. Mais avez-vous réfléchi s’il perdait son travail, ou s’il avait besoin de plus d’argent, et qu’il vous demande de faire quelques passes de temps en temps ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
27 jours plus tôt

Chère anonyme, votre témoignage est déchirant, il mérite une étude approfondie. Quelque chose de très profond vous a profondément affectée et vous a conduite dans cette direction sombre avec d’énormes prises de risques.
Je vous invite à y réfléchir et à surtout à consulter, commencez une psychanalyse ou une psychothérapie au début.
Je reviendrai commenter votre témoignage que je l’aurai analysé.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



emma
emma
26 jours plus tôt

Bonjour, votre témoignage m’a beaucoup touché. Les réactions de vos parents ont été à côté de la plaque de mon point de vue. Vous avez beaucoup de force d’avoir écrit votre histoire et je rejoins la dernière personne qui a réagit, il faut vous reconstruire petit à petit, vous ne méritez pas tout ça. Prenez bien soin de vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Lili
Lili
25 jours plus tôt

Voici une jeune femme qui vit dans LA vraie vie et dieu sait que la vie est loin d’être un conte de fée. Pourtant tu es une vraie princesse, une battante qui a obtenue ce qu’elle voulait en se battant contre les hommes et leur besoin sexuel pour répondre à ses propres besoins. Beaucoup réagirons en te disant oui on est pas tous pareils… je tire l’alarme ceux la sont les pires. De toutes façons le sexe n’est pas un acte d’amour qu’on se le dise. Je t’envoie beaucoup d’ondes pour continuer à te battre et t’assurer une belle vie avec ou sans hommes. Sincèrement. Lili.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
24 jours plus tôt

Chère anonyme, je lis et analyse votre témoignage très touchant. Je trouve que vos parents ont fait preuve d’une légèreté qui m’interroge, j’y reviendrai. Ce qui me frappe le plus c’est ce passage:

“Je me souviens aussi qu avant ça ou entre temps je me souviens plus trop des périodes où j’ai comencé mais je me suis sacrifiée. J’avais souvent une profonde souffrance en moi que je ne savais pas exprimée et c’était le seul moyen que j’avais de me libérer de ça… Mes parents l’ont découvert aussi et ils ont été complètement démunies.. C’était les filles à problème qui faisaient ça.. Mais moi je n’étais pas une fille à problème… Je crois que j’ai complètement déstabiliser mes parents mais moi aussi je l étais…”

Vous écrivez “sacrifiée” au lieu de “scarifiée” vous remarquerez qu’il y a les mêmes lettre et que votre inconscient a opéré une permutation du a et du c de “scarifiée” pour donner “sacrifiée”. Ce passage est important, très très important. Un point doit être élucidé cependant: avez-vous écrit ce texte d’un trait dans l’interface de saisie du site ou bien dans un fichier pour le coller ensuite ? Cela importe car il peut s’agir d’une simple substitution d’un correcteur orthographique. Je ne le pense pas, car la substitution est très subtile. Je pense que vous tenez là leur coeur de votre problématique originelle depuis votre enfance.
Pour aboutir à un scarification, il faut qu’il y ait une blessure très profonde, un traumatisme gigantesque, latent, caché, dissimulé. Ce traumatisme serait la source de toutes ces prises de risques que vous décrivez.

C’est un point à élucider avec un thérapeute, longuement, avec soin.

J’y reviendrai.

De tout coeur avec vous.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Zaragan
23 jours plus tôt

Chère anonyme, votre témoignage m’a beaucoup émue. Non, vous n’êtes pas seule. Moi aussi je me sens morte, vide, brisée et plein d’autres victimes ressentent cela. Mais on peut se reconstruire avec du temps et une psychothérapie adaptée. Je vous conseille de contacter des associations d’aide aux victimes, elles peuvent vous aider a trouver de bons professionnels. Quelques structures en suisse: LAVI, Site de l’aide aux victimes en Suisse, Viol-Secours, CTAS (centre trauma agression sexuelle), USSPF (Unité de Santé Sexuelle et Planning Familial).

Votre témoignage montre l’une des pires conséquences des violences sexuelles : la prostitution. Moi j’appelle ça du viol tarifié. Comment une relation peut elle être saine, égalitaire si le consentement et la parole , le corps de la femme a si peu de valeur qu’ils s’achètent ? Par ailleurs, beaucoup de prostituées sont des victimes de viols , car l’industrie de la prostitution recherche justement des personnes jeunes, brisées, perdues, seules, habituées a subir des violences . On est plus fragile c’est donc plus facile de nous manipuler, de nous embarquer dans ce genre d’horreur où on en sort difficilement et toujours avec des traumatismes. Toutes les situations que vous nous racontez sont des viols. Votre première fois, lorsque vous étiez en Floride, durant la fête a vos 17 ans…Vous n’étiez pas consentante , soit vous aviez peur , ce sont des viols par contrainte morale ( insistance/harcèlement sexuel et intimidation) , soit vous n’étiez pas en capacité de consentir et peut être avez vous été droguée . Cédez ce n’est pas consentir. Ne vous dites pas que ” c’est vrai que je n’ai rien dit clairement”, c’est faux, vous avez été parfaitement claire. Vous avez clairement dit “non” en le repoussant et même rester immobile est un “non” clair. Une personne ayant du désir, consentante n’a pas de telle réaction et n’importe qui peut voir lorsque l’autre n’est pas consentant. Mais certains choisissent d’ignorer les signes et s’en fichent tout simplement . Alors ne vous faites pas avoir car il avait totalement compris que vous ne le vouliez pas! Seuls les agresseurs sont coupable et responsable de leur crimes. En réalité, le viol n’est que très rarement agressif/violent physiquement, les violeurs n’en n’ont vraiment besoin car beaucoup de victimes ne se débattent pas, n’arrive pas a parler dû a la sidération (paralysie psychique) /dissociation (sensation d’être spectateur) , ils préfèrent utiliser la manipulation/la ruse.

Pour moi il est clair que vos proches n’ont rien compris a ce que vous viviez et ont réagit avec trop de légèreté pour une fille en grande souffrance. Voir pire, ils vous ont blâmer et rejeter la faute a chaque fois que vous souffrez sans vous apporter du réconfort. Mais rien n’était et ne sera jamais de votre faute! Vous n’avez rien d’obscène, vous n’avez rien fait de mal, rien fait d’honteux, rien fait qui serait décevant, vous étiez perdue et en souffrance. Tout cela était les conséquences normales de la violence subie. Vous avez été exposer aux violences sexuelles très jeune (porno, viols) , on ne vous a pas prévenu sur les dangers que cela représente, on ne vous a pas non plus protéger et vous êtes tomber dedans en s’imaginant que la violence était normal, que c’était ça le “sexe, l’amour” et avait ainsi subit en silence… De plus, j’ai trouvé très brutale la manière dont ils vous ont contrainte a avorter. Ils ne vous ont pas parler, ou au moins expliquer. Cette phrase culpabilisatrice est illégitime et inadapté pour une situation aussi douloureuse…
En vous lisant, j’ai plutôt l’impression que vous étiez très seule et que votre famille ne vous soutenez pas du tout dans ces épreuves voir qu’elle empirait la situation en vous faisant culpabiliser. Votre manque d’affection, de reconnaissance, de considération et d’amour me semblent évident. Vous le dites vous même, vous cherchiez a être aimée et malheureusement cela vous a conduite a du sexe toxique et relation abusive. Ou plutôt cela a fait que vous étiez très fragile ce qui n’a rien de honteux ou d’anormal et que des personnes malveillantes ont profité de votre situation.

Je vais vous donner plus d’info lorsque Psionic parle de ” blessure intérieure”. Toute les conséquences d’un événement traumatisant sont appelés : psychotraumatisme, c’est ça la blessure intérieure. Je relève des symptômes dans votre récit: Prise de poids ; se sentir vide/morte; envies suicidaires; mémoire/amnésie traumatique: qui fait que vous avez oublié des violences qui sont revenu aujourd’hui et que vous avez des souvenirs flou ; dissociation psychique : cette sensation d’être hors de votre corps ; conduites dissociantes anesthésiantes: conduites a risque (soirées alcoolisées, entourage toxique, fugues), conduites à risques sexuelles (coucher avec des inconnus, hypersexualité) , agressivité surtout envers vous-même (scarification), produits pour soulager la douleur/oublier (drogues, tabac, alcool) . Vous n’avez pas a vous en vouloir pour tout cela , c’était ainsi que vous cherchiez a soulager la douleur provoquée par les violences que vous subissez encore et encore. Vous avez survécu avec vos propres moyens de survivante, seule sans être comprise par les autres, vous êtes très courageuse et forte. Vous pouvez consulter le site de Muriel Salmona, Mémoire traumatique et victimologie pour plus d’info.

Une dernière chose: je vous invite a vous méfier et même a vous éloigner de votre petit ami toxique, voire peut être a envisager de le quitter car il vous apporte beaucoup de souffrance j’ai l’impression. Rester avec quelqu’un qui a adhéré a notre souffrance et y contribue est douloureux et peut nous empêcher d’avancer. La principale caractéristique des relations toxiques est qu’elles fonctionnent par cycle . Vous êtes peut être dans le cycle où celui ci prétend avoir changer, mieux vous traiter pour vous garder et ainsi recommencer une fois que vous avez repris confiance tout en vous emprisonnant. Une relation saine faite d’amour est censé nous rendre heureux, nous aider a avancer, nous sentir en sécurité, pas nous détruire , être utiliser par l’autre, nous rendre malheureux.

Je vous souhaite tout le bonheur du monde.
Courage!
Je suis sincèrement de tout cœur avec vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.