Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Aujourd’hui, je ne pense qu’à ça

Aujourd’hui, j’ai 21 ans et je suis en couple avec une femme de 22. Je vie un amour incommensurable et merveilleux. Pourtant, de 10 à 12 ans, j’ai été violée presque tous les jours, par le copain de ma sœur de l’époque.

Aux premiers abords, il était gentil et protecteur. Il était peu fiable mais il m’apportait de l’attention alors que mes parents ne s’occupaient que rarement de moi. Je ne leur en veux pas, ils avaient mieux à faire. Moi, j’apprenais à être une adolescence, avec du harcèlement scolaire de la part de toute ma classe. Lui est arrivé dans la maison comme une fleur, et faisait comme chez lui. A l’époque il n’y avait que mes parents, ma sœur et moi. L’aînée et le second étaient déjà partis.

Il m’arrivais souvent d’être seule avec lui. Mes parents lui faisant confiance, et étant rarement là, il avait tout le temps de me faire ce qu’il voulait.
Au début, ce n’était que des mots. “tu es jolie”, “quelle intelligence”. Rien de particulier. Un sourire. Puis, un jour je l’ai regardée dans les yeux. J’y ai lue quelque chose qu’il ne disait pas. A l’époque, naïvement je n’ai pas compris que j’aurais dû courir, que j’aurais dû m’éloigner et faire en sorte de ne plus rester seule avec lui. Mais, cette lueur dans le regard, je ne la comprenais pas. Je la prenais pour une marque de sincérité. Quelle idiote.
La première fois, ce n’était qu’une main me claquant les fesses. La seconde fois, cette même main a saisi mes fesses. Puis, la main baladeuse a commencée à maintenir mes bras contre un mur. L’autre main, ne resta pas spectatrice et s’est mise sur ma bouche. Puis le murmure qui m’a fait taire. “Fermes-la, salope.” Une voix grave et un souffle animal. J’ai eu peur.

Ce jour là, et pendant presque 1 an, il n’a fait “que” me toucher. Il ne m’a pas pénétré tout de suite. Ses doigts, sa langue et son pénis de faisaient que de se frotter contre moi. Puis, après quelques mois, il m’a mit son pénis contre les lèvres. Je me rappelle la puanteur et la mocheté de son truc. Je n’en voulais pas, et je ne comprenais pas ce qu’il voulait. Il a dû le comprendre parcequ’il à frotter ma lèvre avec son pouce et m’a ordonner d’ouvrir ma “bouche de pute”. La lueur animal dans ses yeux m’a fait trembler. J’ai ouvert ma foutue bouche, et le goût était pire que l’odeur.

Il ne faisait “que ça” pendant 1 an. C’est après que ça s’est aggraver. Un soir, en rentrant seule avec lui. Mon père était à la pèche avec mon frère. Ma mère, au loto avec ma sœur. Nous étions seul. Je savais ce qu’il se passerait. Si seulement j’avais insistée pour rester avec ma mère. Non, je n’ai pas pu résistée à l’autorité maternelle, et je suis rentrée avec lui. Il m’a ordonnée d’aller me coucher. Avec espoir, foutu espoir, j’ai crue qu’il ne se passerait rien. Quelle naïveté. Je suis allée dans ma chambre. J’ai rangée les affaires qui trainaient avant de décider de me mettre en pyjama. J’avais enfilée mon bas, et j’essayais de mettre le haut, quand il est entré. Je ne l’avais ni entendue, ni vue. Ma tête était un peu coincée dans mon haut. Mais j’ai sentie l’odeur de la cigarette, puis j’ai sentie une main se glisser sur mon bas ventre et son truc dur contre le bas de mon dos. J’ai eu envie de vomir et ma vue s’est noircie. Il m’a arraché la seule chose qui me restait. Il m’avait prit ma vie de petite fille. Il me prenait alors ma vie de femme à venir. Il me l’a arrachée sur le sol de ma chambre. Entre ma table basse et ma tv. Il n’a même pas prit la peine de me mettre sur un lit, ou même sur mon canapé. Nan, sur le sol, comme l’animal qu’il est et qu’il sera toujours pour moi.

Je vais être honnête, pendant longtemps, 8 ou 9 ans, je ne m’en souvenais pas. Puis, un jour de février 2020, j’ai pris le métro, et j’ai eu affaire à un frotteur. Le métro était bonder, j’étais face à un mur, mauvaise idée. Le train était à peine parti qu’il s’est collé à moi. Par peur, je n’ai rien dis, mais la nuit de ce jour, un cauchemar m’a assailli.

Les cauchemars se sont accumulés, presque deux mois se sont écoulés avant que je ne me dise que “non, ce ne sont pas de simples cauchemars”. J’ai fais beaucoup de recherches. Puis, quand j’ai lue un article sur “l’amnésie traumatique”, une ampoule s’est allumée. J’ai alors compris, mon ex beau-frère qui avait 17 ans, m’a violée alors que je n’en avais que 10. J’ai compris que mon âme avait hurler trop fort. Mon esprit s’était dédoublé, et mon cœur avait décider de se taire. C’est en me souvenant que ma vie s’est écroulée, à nouveau.

J’avais fais tellement de recherches, pour comprendre. Mais aussi pour trouver des témoignages de femmes et d’hommes qui auraient vécus une chose similaire. J’ai alors ouvert mon esprit à d’innombrables horreurs. C’est peut-être étrange, mais j’ai été un peu rassurer d’apprendre que je n’étais pas la seule. Mais ça m’a aussi conforté dans ma peur de sortir.

La première personne à qui j’en ai parlée, c’était mon ex. Sa seule réaction à été de s’énerver, dans le calme. Elle ne comprenait pas, je ne lui en veut pas de ne pas avoir comprit qu’elle me faisait peur, mais aussi que je ne voulais pas être traiter différemment. Elle me prenait pour un cristal, pouvant se briser avec un simple mot. Même si aujourd’hui je me dis que, non ça ne m’aurait pas briser je l’étais déjà. Je l’ai quitter 2 mois après la révélation.

La seconde fût ma psychologue, qui me suit toujours, mais elle m’a simplement demandée “vous êtes sûre que ce n’est pas juste des mauvais rêves. vous savez les médicaments….” blabla. Elle ne comprenait pas non plus. J’ai donc décider de taire le sujet avec elle.

Puis, ce fût ma copine d’aujourd’hui. Mon soleil, mon tout. Nous ne sommes ensemble que depuis 5 mois, mais nous nous connaissons depuis 3 ans. Je ne lui ai dis que lorsqu’elle m’a demandée de sortir avec elle. Sa réaction fût de me prendre dans ses bras. Brusquement, mais je n’ai pas eu peur. Avec elle, je reprenais vie. Elle me fait rire, chose que je n’ai pas fais de bon cœur depuis plusieurs années.

Mais hier, notre voisine a reçue des amis. Chose courante, et habituelle. Néanmoins, j’ai dû sortir les poubelles. Je portais un pantalon noir moulant et un gros pull informe. J’ai croisée deux des amis de notre voisine. J’ai baissée la tête, par habitude. Et j’ai entendue des paroles qui m’ont ramenées 11 ans en arrière. “j’te violerais bien salope”. De simple mots, sortis d’un sourire et suivis de rires.

Je n’ai rien dis à ma copine, mais j’ai peur. Les sentiments de peur et d’insécurité que j’avais réussie à faire taire me sont revenus comme un ouragan.

A l’époque je n’ai rien dis. Mais j’aurais dû courir.
Aujourd’hui, j’ai envie de hurler, mais le même dilemme qui m’empêche de tout raconter de vive-voix se met encore en place. “Il y aura trop de souffrance et trop de problèmes.” Alors, je ne dis rien.

J’aimerais beaucoup parler de ce qu’il m’a fait subir, à moi, l’enfant de 10-12 ans. Mais comment dire à mes parents, éduquant son fils et sa fille, qu’il m’a tué? Comment leur dire qu’ils n’ont pas protégés leur dernière enfant? Comment leur dire ce qu’il me faisait quand ils étaient parfois dans la maison? Comment dire à l’aînée parfaite, que je me meurs encore? Comment dire à mon frère surprotecteur, qu’un homme m’a tué? Mais surtout comment dire à l’amour de ma vie, que parfois, je le vois et je l’entend dans ses gestes et ses soupirs?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Car
Car
12 jours plus tôt

Bonjour. J’espère que vous lirez ma réponse. Votre témoignage est très touchant. Je sais que ce n’est pas facile pour vous mais je pense qu’il faudra que vous en parlez à votre famille. A un moment briser le silence c’est pour mieux se retrouver. Je vous souhaite bcp de bonheur dans votre vie et de meilleurs choses pour l’avenir .

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME