Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Attouchement sexuel venant d’un membre de la famille

2 Juin 2013. Je n’oublierai jamais ce jour. J’avais 13 ans quand cela s’est passé. Parfois je me dis que je l’ai imaginé, mais non, c’était bel et bien réel. Certes comparé à certains cas, ce n’est rien, mais c’est quand même ce qu’on appelle un « attouchement sexuel ».
Aujourd’hui, j’ai 19 ans, et ce qu’il m’a fait à encore des répercutions sur ma vie d’aujourd’hui.

Je vous raconte cette journée.

C’était une belle journée ensoleillée, cousins et cousines réunis, nous jouions dehors, à qui attrapera qui, cache-cache…
Quand ce fut à mon tour de me cacher, je me suis caché avec ma sœur de 5 ans, dans une cabane en bois qui fermait de l’extérieur. Il y avait juste une petite fenêtre pour faire entrer la lumière.
Soudain, nous avons entendu le verrou se verrouiller, il ne l’était pas vu qu’il fermait d’extérieur. Mais qui nous avait enfermer ? C’était mon cousin, le plus âgé, mais si seulement il s’était juste contenté de nous enfermer.
C’est là que tout à commencer. Il est passé par la petite fenêtre. Pourquoi ? je me pose toujours cette question 6 ans plus tard… Il m’a attrapé et à commencer à me toucher. La porte s’est ouverte. Comment et par qui ? Ma petite sœur qui était enfermer avec moi a réussi à passer par la fenêtre et ouvrir la porte de l’extérieur. Ensuite, il était l’heure de manger, je me souviens que le repas n’a pas durer longtemps parce que je n’aimais pas ce qu’il y avait à manger.
On est reparti jouer tous ensemble. Sauf lui. On était dans la chambre de mon deuxième cousin, on rigolait, ma sœur et moi courions, et nous nous sommes retrouvés dans la chambre de mon cousin, il était sur son ordinateur, il s’est levé et essayer de nous attraper. Il a mis ma sœur hors de sa chambre et à fermer la porte à clé. C’est à ce moment là que tu te dis que ça ne sent pas bon pour toi. Il m’a attrapé et poussé sur son lit. Si seulement il s’était arrêté là… Il a bloqué mes jambes avec les siennes, pris ma main pour que je touche son sexe, c’était humide et collant, donc je suppose qu’il aimait ça, il me touché également. Voyant que je n’aimais pas ça, il m’a laisser partir de sa chambre, mais j’ai passé le reste de la journée dans mon coin.
Le lendemain, j’en ai parler à deux amis. Ils m’ont conseillé d’en parler à mes parents mais je ne l’ai pas fait tout de suite. Quand j’en ai parler à ma mère, ce n’est pas venu de moi de même, j’étais en Skype avec mon amie, elle m’a dit « t’en à parler à ta mère de ce que t’on cousin t’a fait ? », j’ai raccroché et je lui ai dit.

Il y a trois ans, une amie lui a demander de juré sur la tête de sa mère que c’était faux, et il l’a fait. J’étais écœuré.

Aujourd’hui, sa mère n’est même pas au courant, ma mère ne lui en a jamais parler parce qu’elle a peur qu’elle ne la croie pas, ou pire qu’elle pense que c’est l’inverse et que c’est moi qui l’est touché. Je ne l’ai pas précisé mais je ne suis pas une fille, mais un garçon.

Ce n’est pas aussi grave que certains cas, mais assez pour avoir un traumatisme. Depuis, quand je suis au lit et qu’on met des jambes entre les miennes, cette scène me revient systématiquement en tête. Ce qu’il a fait est un attouchement sexuel, qu’il le reconnaisse ou non.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
psionicLouve Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Louve
Membre

Bonsoir, je lis votre témoignage avec beaucoup de peine car je ne comprends vraiment pas la réaction de votre entourage. Je suis écoeurée. Effectivement votre cousin n’a pas reconnu les faits mais bravo de l’avoir signalé car sa conscience va bel et bien le travailler. Le fait qu’il ait pu jurer sur la tête de sa mère montre qu’il a peu d’estime pour lui comme pour ses proches.

Surtout ne comparez pas ce que vous avez vécu avec d’autres témoignages. Chaque attouchement, chaque agression est déjà un acte de trop et ils introduisent des traumatismes qui ne devraient pas exister. Ce que vous avez vécu est violent.

Je ne saurais trop vous conseiller d’aller voir un ou une thérapeuthe pour vous faire accompagner et mettre des mots sur ce que vous a fait vivre ce cousin. Ne gâchez pas votre vie d’homme car tous les êtres humains ne sont pas des porcs et il existe des environnements sécurisants, épanouissants et respectueux. Accordez vous le droit d’être heureux. Vous avez été victime !

Je vous communique des liens qui pourront vous être utiles
http://www.victimedeviol.fr/associations.html
** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** indiqué par Céline9: un site très intéressant d’ailleurs
https://www.cyrinne.com/

De tout coeur avec Vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
Membre

Cher anonyme, jeune en devenir, vous avez parfaitement raison il s’agit d’une agression sexuelle sur mineur, si votre cousin était mineur au moment des faits il ne risque qu’une peine pour mineur si vous décider de la poursuivre.

Tout d’abord sachez que l’on ne jure pas sinon on est parjure et c’était autrefois un crime aussi grave que le blasphème. Ce sont les gens grossiers qui jurent, et d’ailleurs sachez que plein de jurons proviennent de l’interdit du blasphème car on prononçait souvent le nom du Seigneur dans un juron, ce qui constitue un blasphème, donc un crime, ce qui nous donnera les textes magnifiques de Rebelais qui usera avec génie des ressources de la langue françaises. C’est ce qui explique les jurons tels que diantre, foutrecul ou encore parbleu, sacrebleu etc… (bleu remplace le mot qui conduit au blasphème et que vous aurez deviné !).

On fait un serment devant un tribunal par exemple, ou à la rigueur sur un document formel on fait une déclaration sur l’honneur ce qui confère une valeur juridique au document, et c’est là que je veux en venir: ces déclarations de personnes de votre entourage n’ont aucune valeur. Elles n’en acquièrent que lorsqu’elles les font sous devant un officier assermenté par la république: un gendarme, policier, procureur, huissier.

Revenons à votre témoignage et voici la définition légale de ce que vous avez subi:

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2274

C’est éclairant n’est-ce pas ?

En vous lisant je déduis que vous souffrez de cet épisode, il y a donc un traumatisme. Ce que je peux vous conseiller c’est d’en parler à votre entourage sans hésiter mais surtout à faire la démarche de vous même de consulter un thérapeute, psychologue, psychothérapeute ou psychiatre à titre préventif, pour établir un diagnostic. Vous étiez très jeune, et cela vous a grandement affecté, il est possible que cela vous ait causé un noyau dépressif, il est donc indispensable de consulter car subir une agression sexuelle c’est très grave à tous les âges et bien sûr lorsqu’on est encore mineur.

Je vous conseille de tirer cela au clair avec votre mère en insistant bien que vous avez besoin de consulter et aussi d’obtenir d’une manière ou d’une autre réparation et justice.

Si votre cousin était majeur au moment des fait, on est dans un tout autre registre et là vous pouvez poursuivre devant les tribunaux avec des peines réelles si les faits sont prouvés.

Voici quelques liens pour vous aider, auprès d’associations qui luttent contre les agressions sexuelles:
http://www.stopauxviolencessexuelles.com

http://www.resonantes.fr/

l’Association Vivre Soleil Renaître est une aide aux victimes de l’inceste, de viol extra-familial, d’agressions sexuelles,

http://www.vivresoleilrenaitre.org/

Réseau France victimes

http://www.france-victimes.fr/

numéro d’urgence: 116 006

il y a aussi les associations d’aides aux victimes d’inceste et de pédophilie qui peuvent vous conseiller:

https://www.sos-inceste-violences-sexuelles.fr/
numéro vert: 02 22 06 89 03

http://www.arsinoe.org/arsinoe-liens.php

et enfin, pour vous aider à consulter:

Sites médicopsychologiques:
** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
http://www.institutdevictimologie.fr/annuaire.php

** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** indiqué par Céline9: un site très intéressant d’ailleurs
https://www.cyrinne.com/

** psy coach: un espace consacré au harcèlement
https://www.psy-coach.fr/

** soutien-psy en ligne
https://www.soutien-psy-en-ligne.fr/

De tout coeur avec vous et surtout allez consulter pour évaluer le traumatisme et les signes dépressifs, c’est important et cela vous aidera grandement. Les associations de victimes ont souvent de thérapeutes qui vous aideront.

N’hésitez pas à revenir nous poser toute question supplémentaire.

Courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.