Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Attouchement/pratiques et demandes sexuels par mon cousin

Bonjour,

Pour commencer je souhaite dire que si j’écris ce témoignage c’est parce que je pense que ces actes sont à l’origine du vaginisme que j’ai depuis l’âge de 15 ans (j’ai actuellement 19 ans). Situation pour le moins handicapante et stressante, je pense que raconter ces faits pourraient m’aider.

Il faut savoir que mes parents, ma soeur et moi habitons en banlieue parisienne et chaque été et quelque fois à noël nous allions dans le sud de la France voir le reste de ma famille (d’où vient ce fameux cousin).

Vers l’âge de mes 6-7 ans, mon cousin, ayant le même âge, a commencé à vouloir faire des jeux de types ‘adultes’ avec moi. Il me demandait si on voulait jouer à faire l’amour, ce qui consistait à effectuer la position du missionaire avec nos habits. Une fois ma soeur a demandé ce que nous faisions et il lui a dit que nous faisions l’amour. Elle a immédiatement prévenu ma grand-mère, chez qui nous étions quand cet événement s’est produit. Ma grand-mère a donc expliqué à mon cousin sans lui criez dessus qu’on ne pouvait pas faire cela avec sa cousine.

Jusque-là, on pourrait ce dire que ce n’est qu’un “accident” et que des choses comme cela ne se repasseront plus.
Pourtant… même si il est vrai que ce jeu a complètement disparu, d’autres évènements troublant sont arrivés.

Vers l’âge de nos 11 ans, ce cousin et moi étions quand même proches et jouions ordinairement ensemble. Il est cependant arrivé un jour lors d’une discussion, qu’il me demande si j’avais des poils au pubis. Je lui ai répondu honnêtement mais gênée que oui et il a commencé à se masturber à côté de moi car l’idée l’excitait. J’ai détourné le regard et était très confuse de ce qui se passait.

Un autre fois, vers 13-14 ans, nous étions à un repas de famille chez ma tante, et seulement tout les deux aux alentours de la maison.
On discutait de choses et d’autres. Et il faut savoir que à cet époque j’avais un petit ami avec qui j’avais une relation à distance. J’en avais parlé à mon cousin, qui a commencé par me demander si je pouvais l’embrasser sur la bouche. J’ai d’abord dit que non, car c’était mon cousin, et il m’a ensuite dit comme raison que c’était un entraînement si je voyais mon petit ami. Je l’ai donc embrassé une première fois et puis il m’a repris en disant que je devais en refaire un parce que je n’avais pas mis la langue.
En plus de cela, il m’a aussi demandé de lui tenir son pénis par dessus son short sous prétexte encore une fois de m’entrainer. Je me souviens lui avoir dit de nombreuses fois ‘non !’ en insistant mais rien n’y faisait…
Il me disait que j’étais la seule à qui il était capable de demander cela car nous étions proches. Je lui ai dit que ce n’était pas une raison et de changer de sujet.

Après nos 14 ans, on s’est moins vu, car mes parents, ma soeur et moi descendions moins dans le sud.

J’ai revu mon cousin à 17 ans assez contente car cela faisait longtemps de ne pas l’avoir vu et j’étais assez sûre qu’il devait avoir changé. Je devais le voir chez lui. En arrivant, il m’accueuilli, on parla encore une fois de choses et d’autres. Et puis il m’a demandé de lui faire un massage quand on était posé sur son lit. Je lui en fait un et il m’a demandé si j’en voulais un, j’ai accepté mais il a commencé à me toucher les fesses et j’ai crisé en disant qu’il ne devait pas faire ça et de passer à autre chose encore un fois.
En partant de chez lui, j’ai pleuré et j’ai réalisé que c’était la première fois que je pleurais pour cette raison, comme un trop-plein, une déception qu’il n’est pas changé.. peut être que j’ai vraiment réalisé tout les actes à ce moment là.

Je n’en ai jamais parlé à ma famille y compris mes parents car le cercle familial est très chaleureux, aimant, proche meme si nous sommes loin. Je pense qu’on ne m’aurait pas cru non plus…

Je l’ai seulement dit à ma soeur à 18 ans qui a compris ma situation et m’a dit de ne plus lui reparler.
Je ne sais pas si j’oserai le dire à mes parents mais le dire à ma soeur m’a certainement aidé.

Si j’ai à revoir mon cousin, je pense lui dire les quatre vérités, que je n’ai jamais consenti à ces actes, j’étais trop petite, trop consciencieuse, je voulais pas faire de peine… Je lui dirais que je ne lui pardonnerai pas et que je ne lui parlerai plus.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
psionic
1 mois plus tôt

Chère anonyme, vous faites bien et vous avez pris la bonne décision. Cela vous affecte profondément car ce sont des agressions et du moins, des demandes insistantes non consenties qui ont grandement affecté le développement de votre rapport à l’intime, à l’altérité et donc votre humanité. A vous lire, il me semble que vous en souffrez psychiquement grandement, en tous les cas, on sent une profonde blessure, et votre témoignage montre que le viol psychique d’une jeune fille, dans la durée, par des demandes insistantes affecte durablement la construction de sa personne.
Vous évoquez une possible somatisation très douloureuse pour vous, c’est de toute évidence une possibilité tout à fait probable mais qui reste à confirmer. Dans cette perspective je vous invite à consulter au plus vite, à titre préventif et surtout pour confirmer ce point et la possibilité d’un traumatisme psychique. Vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires dans nos listes de liens et conseils aux victimes.
Pour y accéder, cliquez sur n’importe quel commentaire, sous le cadre de réponse cliquez droit dans la mention “Obtenir de l’aide”: un onglet s’ouvrira dans le forum du site en section “trouver de l’aide” où se situent nos listes de liens.
De tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME