Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Après une soirée arrosé avec un ami

C’était un vendredi soir, veille de vacances de la Toussaint, j’étais seule ce soir la. Je voulais passer un moment avec mon ami, car cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vu. Nous allons boire un verre dans un bar fraichement ouvert sur Thonon. Nous mangeons et buvons une bouteille de vin rouge à 2. Je commençais à être fatiguée, et l’alcool commençait à bien faire effet. Il me propose d’aller boire un autre verre dans un bar à cocktail. Au début je refuse, il insiste et je finis par accepter. Nous ressortons du bar avec un verre d’alcool de plus dans le sang, j’étais bourrée. Je veux rentrer chez moi mais il me propose d’aller voir un film chez lui. Je lui propose plutôt d’aller chez moi car le lendemain je devais me lever tot, et que je risquais de m’endormir. Nous arrivons chez moi, je lui dit de choisir un film, pendant ce temps je me suis démaquillait et j’ai enfilé un vieux pyjama puis me suis mise sous ma couette, prête à m’endormir. Il me grattait un peu les cheveux le temps que je m’endorme, j’ai mis à peine 5 minutes à trouver le sommeil entre l’alcool et la fatigue. 1h plus tard, le film était fini et il me demande s’il peut rester dormir la. J’accepte sachant que les choses étaient claires entre nous, puis nous avions déjà dormi ensemble en Corse. J’ai dit oui, comme j’aurai dit oui à n’importe quel ami en qui j’ai confiance. Je me rendors et me réveille dans la nuit, il avait une main dans ma culotte, l’autre sous mon t shirt. Je dormais et pourtant il a cru que j’étais d’accord et que j’en avais envie. Je me suis tourner de mon coté, il m’a demandé avec insistance si je voulais qu’il continue. J’ai refusé, je n’ai rien dit de plus, j’étais sous les effets de l’alcool, du choc. Je n’ai même pas réussi à le virer de chez moi, je ne savais pas quoi faire ni comment réagir. Le matin, impossible de dormir, je me lève et vais me doucher chez ma voisine. J’essaye de retrouver les souvenirs qui se mélangent, était ce un simple cauchemar, ou les effets de l’alcool et du sommeil m’ont t’ils joué des tours ? Non c’était bien réel. Je m’assoie sur le bord de la baignoire, en essayant de remettre tout ca au clair. Est ce une agression ? Je dormais et j’étais bourrée et il le savait parfaitement. J’apréendais sa réaction, car lui il dormait paisiblement, je suis allée le réveiller en lui disant que je devais partir. Pas une gêne, ni une excuse de sa part. Comme si rien ne c’était passé. Je suis parti chercher des copains pour aller à l’anniversaire d’une amie. Sans trop savoir quoi faire…
C’est assez bizarre car les questions dans la tete se bousculent ? Dois je en parler ? À mes parents à mes amis ? Que dois je faire ? Pardonner ? Suis je coupable ? …
Des centaines de questions fusent..
Je savais qu’il fallait que j’en parle à quelqu’un sinon j’allais m’enfermer dans un cercle vicieux. J’ai donc pris mon téléphone et j’ai envoyé un message à une amie. C’était la meilleure personne pour me sortir de la, et je n’ai pas regretté ma décision de lui en avoir parler. Les premiers jours on été terrible car je me sentais seule face à cette épreuve, j’étais chez moi dans le sud, et personne à qui en parler. Juste moi et ce lourd secret. Le dire à ma soeur ? Impossible, elle en serait malade, mes parents ? Trop de honte, et la peur des réactions. Des cauchemars apparaissent les nuits ou je trouve le sommeil. Je rêve que des gens me touchent les bras, les jambes, le ventre.. je hurle mais c’est de pire en pire. Les mains et les caresses sur mon corps sont de plus en plus insistantes.
Au début je me sentais coupable. Coupable d’avoir accepté que mon ami dorme chez moi, d’avoir accepter que quelqu’un en qui j’avais confiance passe une nuit avec moi. Sans aucune ambiguïté. Le pire des sentiments a été la honte. La peur d’être jugé, la honte car je me sentais en majeure partie coupable de cet acte.
Peu à peu la culpabilité passe pour laisser place à un sentiment de faiblesse. Oui, j’avais l’impression d’être une femme faible à m’apitoyer sur mon sort et souffrir en repensant à ce souvenir. Je n’arrivais pas à passer au dessus. Heureusement je pouvais et je peux en parler à des gens qui comptent énormément pour moi. Ils m’ont soutenu et aider dans cette épreuve. D’autres ont préféré jugé en disant que j’étais en partie responsable de ce qui m’étais arrivé.
J’essaye souvent de comprendre et de me mettre à sa place, Pourquoi avoir fait ca ? L’alcool ? Comment est il possible d’avoir un tel comportement ? Mais je n’ai jamais réussi à trouver une réponse valable, même l’alcool ne peut pardonner.
De temps en temps, mais rarement les souvenirs et les cauchemars reviennent. Difficile de se rendormir dans des nuits pareilles. C’est fatiguant, de lutter toujours et encore contre les souvenirs. Les nuits de pleurs sont rares, et pourtant j’ai parfois peur de m’endormir, peur de devoir affronté ca toute seule.

Je soutiens donc toutes les femmes ou filles à qui s’est arrivée. Chaque histoire est différente, avec plus ou moins de violence. Et chaque ressentit est différent. Mais c’est une chose qui ne devrait être accepté par personne sur cette planète et qui ne devrait pas exister. Et aucune tenu, ni comportement ne pardonne ou n’excuse le fait d’agresser ou de violer quelqu’un. Ni une jupe, ni l’alcool, ni la drogue… ne peuvent être une raison de s’en prendre à quelqu’un. La seule raison est la suivante : que certains croient les femmes sont faibles et soumises, et pensent qu’elles sont des objets et qu’ils ont tout les droits et liberté sur elles. Nous sommes en 2019, et notre société ne devrait pas accepter de tels comportements. Il faut que les choses changent.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si