Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Abus sexuels ? Viol ? je suis un peu perdue

Lors de ma première fois, j’étais totalement consentante, je stressais un peu et mon copain n’arrivait pas à me pénétrer donc au lieu de me détendre et de me demander pourquoi je suis tendue ou stressée il m’a retournée, prise en levrette sans me demander mon avis et m’a pénétrée pendant de longues minutes. C’était son plaisir avant tout, il était brusque et il  voulait je cite: ” entendre ses boules claquer » . On se serait cru dans un porno, pendant que j’étais en train de pleurer de douleur. Plusieurs fois je l’ai appelé mais il ne réagissait pas, j’ai voulu arrêter mais il m’a dit « quoi déjà ?! » alors par honte, peur du jugement je lui ai dit de continuer ce qu’il a fait et un moment je me suis retirée car je n’en pouvais plus et il m’a reprise et a continué. Ensuite, on a changé de position mais j’étais trop épuisée alors j’ai voulu arrêter il a continué un petit peu et il s’est retiré et j’ai saigné par la suite.
À ce moment là je pensais que c’était « normal » ce qu’il venait de se passer parce que j’étais amoureuse mais avec le temps ce souvenir est devenu un traumatisme. Je suis dégoûtée et je culpabilise beaucoup en me disant que c’est de ma faute.
Il forçait aussi pour me faire un cunni alors que je ne voulais pas, bloquait parfois mes mains pour pas que je l’en empêche, il me faisait mal… il a forcé plusieurs fois et j’ai cédé à la fin alors que j’en avais pas envie.
Il forçait aussi pour que je le suce mais j’ai toujours refusé..
Il m’a pénétrée une fois sans capote pendant les préliminaires et sans mon consentement, ça a duré quelques secondes..
Il m’a doigtée plusieurs fois alors que j’en avais pas forcément envie, et je disais « non » en rigolant mais au fond je voulais vraiment qu’il arrête, j’essayais parfois de mettre mes mains pour le bloquer ou de changer de position mais il arrivait à me bloquer les mains et au final réussissait et moi je cédais, je prenais du plaisir tout en culpabilisant.
Je suis un peu perdue car j’éprouve toujours de l’affection pour lui, on a eu pas mal de moments positifs et je sais qu’au fond ce n’est pas normal ce qu’il m’a fait mais j’ai dû mal à me l’avouer …
Je culpabilise beaucoup, je me dis que c’est de ma faute ou que je l’ai sûrement mérité puisque je cherchais à le chauffer aussi
J’ai juste besoin d’avis extérieurs

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
1 mois plus tôt

Chère anonyme, voici mon avis: virez cette pourriture tout de suite de votre vie et déposez plainte pour viol contre lui. Vous êtes jeune et vous trouverez mieux car aimer ce n’est pas se servir sur la femme amoureuse en faire un objet, une branloire à porc *****opithèque violeur. Il est souvent préférable de se faire mal un temps pour éviter une souffrance plus grande voir une dévastation qui peut ruiner votre vie. C’est ce que je peux vous garantir suite à deux ans d’aides aux victimes sur ce site. Vous n’étiez jamais consentante et ce *****opithèque vous a violée presque toutes les fois, agressée les autres car selon la loi il y a viol s’il y a pénétration et agression sinon. Cette relation peut vous détruire, mettez-y fin au plus vite et déposez plainte avec l’aide d’un solide réseau associatif d’aide aux victimes.
Vous culpabilisez et cela est normal, c’est le cas de toutes les victimes de viol, mais vous n’avez rien fait de mal, pire encore: vous aimiez votre violeur ce qui est encore plus abominable mais hélas tellement courant aussi…
Bien, je vous conseille de cliquer au plus vite dans le bouton ci-dessous, accéder au forum, ensuite allez dans la section obtenir de l’aide dudit forum. Vous trouverez nos listes d’aides et de conseils aux victimes. Contactez d’urgence une ou plusieurs associations d’aides aux victimes, consultez les sites institutionnels, et surtout allez consulter car le traumatisme de cette horreur peut vous causer de graves troubles psychiques. Vous pouvez contacter le collectif des femmes contre le viol (CFCV) ou solidarite femmes, mais je vous invite à parcourir notre liste de liens aux victimes.
vous pouvez aussi revenir tant que vous voulez nous demander tout ce dont vous avez besoin: nous sommes là pour vous aider.
De tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Zaragan
1 mois plus tôt

Chère anonyme, tout d’abord, je tiens à vous féliciter d’en avoir parler car c’est loin d’être facile. Parler est déjà un certain pas vers la résilience. Donc bravo. Je vais être assez longue, mais j’espère vous aidez. Beaucoup voire toutes les victimes ont déjà ressentit (ou ressentent toujours) ce que vous ressentez actuellement. Je crois que nous avons toutes été perdu plus ou moins longtemps. On est tous dans l’incompréhension face à la violence qui n’a en réalité aucun sens et raison. Alors comme on ne comprends pas, on pense que c’est nous le problème, on se rejette la faute, on minimise et/ou on dénie. Surtout que la honte et le sentiment de culpabilité nous ronge… Mais, je vous assure que non, vous n’êtes pas en cause et oui, c’est très grave et horrible ce qu’il vous a fait. J’aimerais vous dire de ne surtout pas culpabiliser , de ne surtout pas croire que vous êtes coupable, c’est faux, vous êtes parfaitement innocente. Vous ne l’avez pas du tout mériter, personne ne mérite ça , vous ne « l’avez pas chauffé », une victime ne provoque jamais rien. Le seul responsable, le seul coupable, la seule cause d’un viol/abus sexuel est le violeur, l’agresseur. Surtout pas la victime!

Pour répondre à vos questions, voici la définition du viol au yeux de la loi, que vous pouvez trouver sur le site du service public : « Le viol est un acte de pénétration sexuelle commis sur une victime avec violence, contrainte, menace ou surprise (dans ce dernier cas, la victime est trompée par la ruse de l’agresseur). Tout acte de pénétration sexuelle est visé : vaginale, anale ou buccale, notamment par le sexe de l’auteur. Il peut aussi s’agir de pénétrations digitales (avec le doigt) ou au moyen d’un objet. S’il n’y a pas eu pénétration, il s’agit d’un délit d’agression sexuelle » .On trouve également une définition plus complète du consentement dans la partie « agression sexuelle » (mais qui s’applique à tout type d’abus sexuel) : « Dans tous les cas, l’auteur n’a pas obtenu le consentement clair et explicite de la victime : *Soit la victime a émis un refus clair et explicite et/ou s’est défendue mais l’agresseur a exercé sur elle une contrainte physique.C’est le cas s’il y a usage de violence. *Soit la victime n’a pas émis un refus clair et explicite et/ou ne s’est pas défendue car elle faisait l’objet d’une contrainte morale. C’est le cas si l’agression repose sur une pression psychologique, lorsque la victime n’ose rien dire face à l’auteur (par exemple une salariée et son patron). *Soit la victime n’était pas en état de pouvoir donner une réponse claire (par exemple, victime sous l’emprise de stupéfiants ou de l’alcool, ou victime est vulnérable en raison de son état de santé). ». Le consentement c’est être d’accord du début à la fin. Lorsqu’on ne veut pas ou ne plus faire quelque chose, l’autre doit absolument respecter cet avis, sinon il bafoue notre consentement, notre libre-arbitre, c’est un manque de respect envers notre corps, notre personne, une violence donc une infraction répréhensible par la loi. Insister ou faire du chantage pour avoir des rapports sexuel , c’est une contrainte psychologique et c’est aussi une manière de bafouer notre choix . Vous avez bien subit des abus sexuels, surtout des viols qui sont des violences conjugales. Pour votre première fois, vous étiez consentante pour avoir une relation sexuelle respectueuse, et non pas pour ce qu’il vous a fait ! Je dirais au début qu’il y a surprise puisque vous ne vous attendez pas à un tel comportement, il y a eu pression psychologique car vous avez eu peur de lui (il avait un comportement violent et agressif) alors vous avez dit de continuer (alors que vous ne le voulez pas), et il y a eu contrainte physique puisqu’il vous a reprise alors que vous vous retirez. En tout cas, ce que vous avez vécu, est bien un viol. Ainsi que tout les autre actes que vous avez subit. Mis à part peut-être le cunni , je ne suis pas sûre que cela soit considéré comme un viol, mais sinon c’est une agression sexuelle puisque vous n’étiez pas consentante et c’est aussi grave. Ce n’est pas surprenant que vous ayez de l’affection pour lui, c’est même récurent puisque la grande majorité des agresseurs sont des proches de la victimes. Et c’est pour ça que les violences sexuelles sont aussi destructrices. La victime est très souvent abusée à la fois sexuellement et à la fois émotionnellement. Je suis désolée de vous dire ça , mais votre « copain » est un manipulateur comme tout les pervers. Ils font en sorte que leur victime les aiment, sont parfois gentil avec elles, leur font croire que c’est pas si grave ce qu’ils leur ont fait, qu’ils ne sont pas responsable, utilisent ses sentiments tout en exerçant une pression, une domination malsaine, une certaine violence pour continuer leur abus. C’est bien plus facile d’abuser de quelqu’un qui est amoureux et/ou fragile psychologiquement dû à son âge ou à des mauvaises expériences, que d’un total inconnu… Je vous invite à consulter le site du FNSF (Fédération nationale solidarité femmes), rubrique « suis-je victime de violence conjugales ? » ou encore le site SOS femmes vendée, rubrique « violences conjugales » qui expliquent le cycle de la violence conjugale. Peut-être vous rendrez vous compte de certaines choses dans votre situation ? Les moments positifs que vous avez eu avec lui, ce n’est pas ce qu’il est en réalité, le « vrai lui » , c’est cet « homme » irrespectueux qui vous a violé à plusieurs reprises. Une bonne personne ne ferait jamais subir de telles choses à quelqu’un. Quand je lis ce qu’il vous a dit et fait, je ne peux m’empêcher de me dire qu’il est vraiment horrible et irrespectueux, et il a dû l’être avec toutes les femmes qu’il a rencontré. Vous n’êtes pas seule, sachez le. Je sais que vous l’aimez, mais il est vraiment dangereux pour vous (et les autres accessoirement). Si ce n’est pas déjà le cas, vous devriez penser à vous éloigner de lui et ne surtout pas l’écouter ou chercher à lui en parler. Car il pourrait vous manipuler en vous mentant avec de fausses excuses, vous rejetant la faute, vous décrédibilisant, pour vous faire taire à nouveau et répéter cela régulièrement, ou encore devenir encore plus violent avec vous. Il est toxique pour vous et essayer de le raisonner serait inutile car il a conscience de ce qu’il fait. Parfois il est préférable de rester seule que d’être mal accompagné. Vous méritez bien mieux que quelqu’un de mauvais qui vous fait souffrir. Vous méritez le respect comme n’importe qui.
Par contre, une de vos phrases m’intrigue, je ne crois pas que vous avez vraiment pris du « plaisir ». Ressentir du plaisir, c’est ressentir de la joie, du bien-être et cela n’est uniquement accessible que si on est consentant. Vous n’étiez ni heureuse, ni consentante. La preuve est que vous culpabilisez pendant et toujours après. J’ai lu plusieurs articles parlant du « plaisir » que peut ressentir certaines victimes, est il s’avère qu’il n’est pas du tout question de plaisir mais de réactions physiologiques dû au stress extrême durant l’agression. Ou encore qu’il y a une nette différence entre l’excitation physiologique et le désir (mentale). Ça arrive que le corps réagit « par réflexe » mais ce n’est nullement un signe que vous avez aimé, voulu et mérité cela. Ça ne vous définit pas et ne vous rends pas moins légitime. Dans tout les cas, ça ne change rien au fait que ce sont des viols. D’ailleurs, vous êtes en droit de porter plainte contre lui (le délais de prescription est de 20 ans depuis le jour de l’agression, il me semble), il existe une plateforme de signalement en lignes des violences sexuelles sur le site Servicepublic.fr où un policier spécialement formé peut vous orienter vers le dépôt d’une plainte et faciliter une prise en charge sociale et/ou psychologique. Tchat anonyme, gratuit et accessible 24/24h , 7/7j.

Sachez qu’il existe des personnes pour vous écouter, vous épauler, vous conseiller, en bref vous aider. Comme des professionnels et plus particulièrement , des associations contre les violences sexuelles et/ou conjugales. Je pense que les associations sont les plus qualifié à vous aider, donc vous pouvez les appeler ou leur écrire sur votre situation. De plus, vous avez sans doute besoin de consulter de bons psys car ce que vous avez vécu est en effet très traumatisant. Vous souffrez probablement d’un psychotraumatisme, c’est pourquoi , il est important que vous soyez suivi. Le traumatisme a beaucoup d’effet dévastateur que l’on ne soupçonne pas forcément… Je vous invite à regarder dans le forum, section obtenir de l’aide, vous trouverez des listes avec des liens, adresses et numéro d’association et structures ainsi que d’autres ressources qui pourraient vous être utile.
C’est toujours très dur de se dire qu’on a subit de telles horreurs, mais dites vous qu’être victime n’est pas une honte, qu’il n’y a absolument rien à vous reprocher et que vous n’êtes pas seule à avoir vécu cela . Vous pouvez vous en sortir et être heureuse malgré tout, même si c’est dur à croire pour le moment…
Courage!
Je suis de tout cœur avec vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.