Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Abus de fonction

J’avais des relations ‘pro’ avec un fonctionnaire de police. J’étais en rapport avec lui pour des questions de sécurité pour une co-pro délabrée pour laquelle je m’étais beaucoup investie.
Subitement il a fait dévier nos échanges mails pro en perso (en utilisant son adresse professionnelle, son téléphone pro crypté) , j’ai pensé qu’il s’agissait de plaisanteries, c’était une sorte de joute verbale, c’était soft, pas de grossièreté ni d’allusion explicite, du badinage en sorte, mais malgré tout inapproprié et il était engagé.
Puis il s’est montré pressant et m’a donné un rdv, je suis allée dans son bureau. Il m’a embrassé sur la bouche pour me dire bonjour, j’ai été surprise, j’étais très tendue, très fébrile, j’étais venue pour parler de ce qui ce passait, de nos échanges de 40 mails par jour, voir ce qu’il en était en face à face, sans idée préconçue.
Il m’a massé le cou, m’a posé des questions sur mes amants, j’ai répondu que je n’en avais pas, que j’étais bien seule, rien d’aguichant, ni d’encourageant.
Je me suis levée il m’a pris dans ses bras m’a embrassé, je me suis laissée faire, il avait mauvaise haleine, il a pris ma main et m’a dit “touche’, j’ai dit ‘non’, la posé de force sur son sexe. Je me suis dégagée il m’a coincé contre un meuble vers la porte de sortie, a touché mon ventre, j’ai réussi à partir.
Je n’aurais jamais imaginé vivre un truc de la sorte, que je risquai de me faire coincer dans son bureau dans un commissariat, dans mon esprit nous n’en étions pas du tout là, on se vouvoyait encore, on avait plaisanté, mais pas du tout engagé une relation de séduction…
J’étais choquée, perdue, je ne comprenais pas ce que je venais de vivre, personne à qui me confier, alors je me suis dit ‘tu n’es pas en sucre’.
Au lieu de convenir que j’avais vécu une agression sexuelle j’ai fait bonne figure. Et pire je l’ai revu, j’ai noué une relation avec cet homme, qui ne me plaisait pas, j’ai même éprouvé de l’attachement pour lui, que je ne comprenais pas.
Je pense que parfois notre conditionnement de femme nous fait intégrer les agressions et les agresseurs, on fait avec, on ne voit pas la réalité, ou on ne veut pas la voir, mais aussi qu’en faire ?
Des intérêts pro et perso étaient entremêlés, c’était comme un piège, d’abord l’amorçage, créer une dépendance, faire penser que l’on est indispensable, que l’on offre une protection, un traitement de faveur alors que l’on ne fait que son job…
Je me suis débattue mais à cette époque j’étais très vulnérable et j’avais besoin de soutien, une proie idéale pour un manipulateur, un prédateur…
Il s’agit d’un haut fonctionnaire d’une instance à laquelle je n’accorde plus aucune confiance après cette histoire, car à qui se plaindre dans ce genre de cas ?
quand ceux qui sont censés vous protéger profitent de leur situation, de leur fonction, et font fi de la déontologie ?
Si j’avais pris conscience de l’atteinte qui m’avait été faîte j’aurais pris mes jambes à mon cou, mais aussi je n’aurais plus eu aucun soutien pour mon action militante…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME