Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

À toi, l’ordure…

À toi, l’ordure qui a posé sa main sur ma cuisse, et à qui j’ai dit : non ; je vais me mettre en couple avec T. ; je ne veux pas de ça. Pendant bien 5 minutes. Le fait que tu m’aies laissée dans mon coin pendant 30 minutes prouve que tu avais parfaitement compris mon refus. Tu aurais dû me proposer de me raccompagner en bas de ton immeuble, ou de dormir sur ton canapé. À la place, tu t’es rassis à côté de moi, as remis ta main sur ma cuisse, et m’as dit : Ça restera entre nous. Je ne t’oblige à rien. C’est toi qui décides. Puis tu m’as refait un « câlin ». J’ai fini par craquer. Dans ta chambre, qui a ouvert la fermeture de ma robe ? Toi. Qui s’est déshabillé ? Toi. Je t’ai dit que je n’aimais pas que tu me touches. Que c’était trop long. Je t’ai dit aïe toutes les deux secondes. Je t’ai dit que mon grand-père m’avait violée, pour que tu cesses. Tu savais que je n’étais pas consentante. Il n’y avait pas d’échange. Tu agissais et je me plaignais. Le lendemain, j’ai été entreprenante pour que tu me foutes la paix. Que tu me laisses tranquille. Et dans notre groupe d’amis, dont tu es un gros bonnet. Tu as peut-être cru qu’en raison de mon extrême timidité, je me tairais. Mais quand je t’ai accablé par SMS, tu as compris que ce n’était qu’une question de temps avant que je ne l’ouvre. Donc tu m’as exclue du groupe. Tu devais avoir peur. J’aurais pourtant fermé ma gueule si tes potes ne s’étaient pas doutées d’un truc. T. m’a conduite à intervenir. Je me suis confiée à J. car je pensais pouvoir avoir confiance en elle (T. me l’avait certifié). Mais la fille que tu loges n’allait certainement pas se retourner contre toi. Tu es une ordure.

Ce soir-là, quand tu m’as invitée, tu t’es sans doute dit qu’en raison de ta bienveillance factice, je céderais à tes avances. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Je t’ai rejeté. Et tu as insisté. Tu as commis un viol. À partir du moment où la victime dit NON et manifeste des signes de souffrance (mon grand-père m’a violée, tu me fais mal, aïe, je n’aime pas ça), ce n’est pas autre chose qu’un VIOL.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si